Skip to main content

Rapport du Groupe consultatif ad hoc sur Haïti (E/2022/52)

Countries
Haiti
Sources
ECOSOC
Publication date
Origin
View original

Session de 2022
20 juin 2022
Point 12 e) de l’ordre du jour
Questions de coordination, questions relatives au programme et autres questions : programme à long terme d’aide à Haïti

Résumé

Le présent rapport est soumis en application de la résolution 2021/18 du Conseil économique et social, dans laquelle celui-ci a prié le Groupe consultatif ad hoc sur Haïti de lui présenter un rapport sur ses travaux, accompagné de recommandations, s’il l’estimait nécessaire, pour examen à sa session de 2022. Il porte sur le s activités menées par le Groupe entre juillet 2021 et mars 2022, à savoir notamment les réunions tenues avec des représentantes et représentants des autorités nationales, des institutions financières internationales et de la société civile, ainsi que du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti et de l’équipe de pays des Nations Unies. On trouvera dans le présent rapport des recommandations issues de ces réunions.

Le Groupe note que la période considérée a été particulièrement difficile pour Haïti sur les plans politique, socioéconomique et humanitaire et dans les domaines de la sécurité et des droits humains, ainsi qu’en ce qui concerne la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) qui a continué de se propager. L’assassinat du Président, Jovenel Moïse, qui a été commis le 7 juillet 2021, puis le séisme de magnitude 7,2 qui a ravagé la péninsule du sud le 14 août 2021 sont venus s’ajouter aux problèmes multidimensionnels et complexes auxquels le pays fait face, dressant des obstacles supplémentaires sur la voie du développement durable.

Le Groupe recommande de prendre des mesures de toute urgence face à la crise politique et à la montée de l’insécurité afin d’aider Haïti à progresser vers la stabilité et le développement durable. À cette fin, il faut mener un dialogue national inclusif pour créer les conditions nécessaires à l’organisation d’élections législatives et présidentielle libres, justes, transparentes et crédibles. En outre, la sécurité ne pourra être rétablie qu’au moyen d’une approche globale, comportant à la fois des mesures destinées à renforcer la Police nationale d’Haïti et des initiatives visant à lutter efficacement contre les facteurs socioéconomiques de la violence.

Le Groupe souligne qu’il est nécessaire d’accélérer l’exécution du Programme de développement durable à l’horizon 2030 en Haïti, afin de contribuer à réduire les facteurs de risque et de vulnérabilité, de répondre aux besoins humanitaires, de promouvoir une société plus égale et plus juste et de consolider les bases d’un développement durable. Il appelle la communauté internationale à faire preuve de solidarité en aidant Haïti à satisfaire à ses besoins humanitaires de plus en plus grands, notamment en finançant comme il convient le plan de réponse humanitaire 2022 pour Haïti, tout en répondant aux besoins de développement socioéconomique à long terme du pays, ce qui supposerait, entre autres choses, des investissements importants dans les secteurs de l’agriculture et de l’éducation.

Le Groupe souligne que la phase de reconstruction après le séisme est l’occasion de renforcer les capacités institutionnelles du pays et d’améliorer la vie des Haïtiens de façon à reconstruire en mieux. Il demande à la communauté internationale de mieux coordonner son action, en collaborant étroitement avec les autorités et les acteurs nationaux afin d’en optimiser l’impact et d’aider Haïti à sortir du cycle de crises qu’il traverse.