Saltar al contenido principal

Le Japon finance les efforts pour soutenir les populations déplacées par les inondations causées par la montée des eaux du Lac Tanganyika au Burundi

Países
Burundi
+ 1
Fuentes
IOM
Fecha de publicación

Bujumbura, 28 juin 2022 – En coordination avec le Gouvernement du Burundi, L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Gouvernement japonais ont lancé ce mardi 28 juin 2022 un projet intégré d’un an intitulé « Réponse d’Urgence pour les populations affectées par les inondations au Burundi », qui vise à fournir une assistance humanitaire intégrée pour répondre aux besoins urgents en matière d'abris, d'articles non alimentaires (ANA), d'eau, d'hygiène et d'assainissement (EHA) et de protection dans le but d'améliorer les conditions de vie des ménages touchés par les inondations, dans les provinces le long du lac Tanganyika.
Le Burundi fait face à des défis combinant les effets dévastateurs des catastrophes liées aux aléas naturels et la détérioration de la situation socio-économique du pays. Les catastrophes naturelles fréquentes telles que les inondations et les tempêtes ont provoqué des déplacements massifs de personnes tant à Bujumbura que dans les provinces. Les personnes touchées par ces catastrophes se retrouvent alors sans toit, sans terres, malnutris sans moyens de subsistances, et parfois même blessées lors de l’évènement.
En effet, la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l'OIM estime qu'entre janvier 2018 et octobre 2021, 474 catastrophes naturelles ont été enregistrées au Burundi, soit un total estimé à 279,641 personnes touchées par des catastrophes naturelles et 108,250 déplacés au cours de cette période. Plus particulièrement, en juin 2021, la DTM a fait état d'un nombre total de 52,182 personnes spécifiquement affectées par les inondations, dont 22,580 déplacés dans les quatre provinces bordant le lac Tanganyika : Bujumbura Mairie, Bujumbura Rural,
Makamba et Rumonge (dont 62 % de femmes) – des déplacements si importants qu’ils justifieront la conceptualisation de ce projet et financement japonais en juillet 2021.
Les besoins identifiés étaient, et sont encore, multiples – le long de la côte, les besoins les plus urgents des 52,182 déplacés étaient les abris (100 %), suivis de la nourriture (86 %), des ANA (74 %), eau propre (5 %) et besoins de protection (2 %). Le manque de latrines a également contribué à l’augmentation des risques de protection auxquels les personnes déplacées internes (PDI), en particulier les femmes et les filles, sont particulièrement exposées.
En réponse à ces défis, le financement du Japon permet à l’OIM, à travers ce projet d’apporter une assistance en; 1) abris, ANA et EHA ; et 2) la fourniture de services de protection spécialisés et de services en santé mentale et soutien psychosocial. L'assistance cible les PDI (85 %) et les communautés d'accueil (15 %) dans les provinces ciblées, tant dans les sites formels qu'informels, répondant aux besoins de plus de 11,000 personnes affectées. « Face aux inondations, qui ont causé des dégâts catastrophiques, il était urgent d’intensifier nos efforts pour fournir rapidement des abris appropriés et une assistance d'urgence aux victimes impactées cette catastrophe. Grâce au soutien du Gouvernement du Japon, l’assistance apportée permet non seulement d’offrir aux personnes déplacées une protection et une sécurité accrue contre les risques climatiques et le déplacement forcé mais veille également à offrir aux bénéficiaires un sentiment d'appartenance sans discrimination liée à leur statut de PDI. », indique Vijaya Souri,
Chef de Mission de l’OIM au Burundi.
Le lancement de ce projet a été aujourd’hui marqué par la distribution de 50 kits d’articles non-alimentaires a 50 ménages affectés (soit près de 240 personnes), qui comprennent entre autre ; un set de cuisine, trois couvertures (chaleur moyenne), un jerrican de 20L, un jerrican de 10L, un seau en plastique de 14L, trois tapis de sol, trois moustiquaires et des articles d’hygiène tels que du savon, un pack de protection menstruelle, un tube de dentifrice, cinq brosses à dents, un coupe-ongles, une serviette, un gobelet en plastique et des pastilles de purification d'eau (aquatabs) pendant 30 jours.
Le lancement du projet, tenu dans la province de Rumonge, s'est déroulé en présence du Secrétaire permanent du Ministère de la Solidarité Nationale, des Affaires Sociales, des Droits de la personne humaine et du genre du Burundi, Félix Ngendabanyikwa, l'Ambassadeur du Japon au Burundi, Masahiro Imai, le Gouverneur de de la province de Rumonge, Consolateur Nitunga, la chef de mission de l'OIM Burundi, Vijaya Souri, les autorités locales et 50 ménages bénéficiaires du projet.
Dans son allocution, le Secrétaire Permanent du Ministère de la Solidarité, Félix Ngendabanyikwa, a exprimé sa gratitude pour le soutien japonais au Burundi, en déclarant « Je remercie le peuple du Japon pour le soutien financier apporté aux personnes qui ont été affectées par les montées des eaux du lac Tanganyika. […] Je remercie également l’OIM pour sa franche collaboration dans le soutien aux personnes déplacées et autres personnes vulnérables. En décembre 2021, nous étions ensemble dans cette même province pour réfléchir à une approche de solution durable pour plus de 1500 ménages […]. Nous encourageons l’OIM à toujours aller de l’avant avec cette approche qui concilie aide d’urgence, résilience et solutions durables».
Dans son allocution, Son Excellence l'Ambassadeur Masahiro Imai a déclaré : «Pour venir en aide aux populations riveraines, qui sont obligées de déplacer, il nous a nécessité une approche inclusive (…), et ce n’est pas faisable par le Japon tout seul. C’est pour cette raison que le Japon a décidé de travailler avec l’OIM Burundi qui a des expertises et des riches expériences en question migratoire et en assistance urgente et humanitaire notamment pour les personnes déplacées à l’intérieur de pays. ». Il a également souligné : « L’assistance liée à la sécurité humaine importe énormément. Sans répondre aux besoins humains fondamentaux, nous ne pouvons pas réaliser le développement durable du pays. C’est avec cette idée que le Japon accorde toujours une grande importance à l’assistance humanitaire urgente. ».
Ce projet vient en appui aux efforts du Gouvernement du Burundi et ceux de l’OIM soutenant l’assistance aux populations déplacées dans les quatre provinces bordant le lac Tanganyika : Bujumbura Rural, Bujumbura Mairie,
Makamba et Rumonge – un phénomène qui ne fait qu’augmenter chaque année et requiert un soutien accru et continu.

Pour plus d'information, veuillez contacter :

Michael Asima, Coordinateur des Urgences à l'OIM au Burundi, masima@iom.int Kohei Sasao, Troisième secrétaire, Ambassade du Japon au Burundi avec résidence à Kigali, kohei.sasao@mofa.go.jp Les communiqués de presse de l’OIM Burundi sont disponibles sur www.reliefweb.int.