Aller au contenu principal

Responsabilité de protéger : donner la priorité aux enfants et aux jeunes - Rapport du Secrétaire général (A/76/844-S/2022/428)

Pays
Monde
Sources
UN GA
+ 1
Date de publication
Origine
Voir l'original

Assemblée générale
Soixante-seizième session

Conseil de sécurité
Soixante-dix-septième année

Application et suivi intégrés et coordonnés des textes issus
des grandes conférences et réunions au sommet organisées
par les Nations Unies dans les domaines économique
et social et dans les domaines connexes
Suite donnée aux textes issus du Sommet du Millénaire
La responsabilité de protéger et la prévention du génocide,
des crimes de guerre, du nettoyage ethnique et des crimes
contre l’humanité

Résumé

Le présent rapport vise à mettre en lumière les besoins particuliers des enfants et des jeunes dans les contextes de génocide, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et de crimes contre l’humanité, et la manière dont ils sont pris pour cibles et touchés par ces crimes, qui diffère selon qu’il s’agit d’une situation de conflit armé ou non.

Le Secrétaire général y encourage les États Membres à faire de la protection des enfants et des jeunes face aux atrocités criminelles une priorité et un impératif dans tous les domaines de l’action publique. Il y réaffirme que la prévention est l’aspect le plus important de la responsabilité de protéger les populations contre les atrocités criminelles, ce qui implique de construire des sociétés dans lesquelles de tels crimes sont peu susceptibles d’être commis. À cette fin, il encourage les gouvernements et leurs partenaires à s’attaquer aux facteurs de risque associés aux atrocités criminelles, en repérant les signes précurseurs et en y apportant des réponses, en respectant leurs obligations légales relatives à la protection des enfants et des jeunes, en fa vorisant l’inclusion socio-économique et l’égalité, en luttant contre l’intolérance et les discours de haine identitaires, en mettant l’accent sur l’éducation en vue de promouvoir la tolérance, le respect de la diversité et la cohésion sociale, en poursuivant les personnes ayant commis des atrocités contre des enfants ou des jeunes, et en plaçant les enfants et les jeunes au cœur de la prévention des atrocités, notamment en respectant les principes relatifs aux droits de l’enfant et en tirant parti des contributions des enfants et des jeunes dans ce domaine.

Le Secrétaire général souligne qu’aux fins de la réalisation des objectifs prioritaires susmentionnés, les gouvernements auront besoin de l’engagement et du soutien de la société civile et d’autres acteurs non étatiques, de partenaires étatiques et institutionnels multilatéraux et bilatéraux, d’informations sur les facteurs de risque propres à certaines situations ainsi que sur les enseignements tirés de l’expérience et les bonnes pratiques en matière de prévention des atrocités à l’échelle mondiale, et de mandats, programmes et initiatives des Nations Unies dans ce domaine, notamment le programme relatif aux enfants et aux conflits armés, le programme relatif aux jeunes et à la paix et à la sécurité et le programme de développement durable.