Перейти к основному содержанию

Rapport de la mission d’évaluation rapide sur les sites de Taboua, de Djilkori et Djilkori Salama dans le département de Fouli, sous-prefecture de Daboua , Lundi 16 mai 2022

Страны
Чад
Источники
CCCM Cluster
+ 3
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

I. CONTEXTE/ JUSTIFICATION DE LA MISSION

Du 16 au 17 mai 2022, le Sous-cluster Protection et OCHA ont effectué une mission d'évaluation rapide à Daboua. Cette mission fait suite aux informations remontées dans le monitoring de protection sur des présumés incidents de protection que subiraient les PDIs dans les sites de Djilkori, Djilkori Salama et Taboua à la suite du déploiement massif des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) dans cette localité et surtout à leur installation à proximité de ces sites. Ces FDS proviennent du Niger et Burkina Faso dans le cadre du G5 Sahel, de la frontière Centrafricaine et de Baga Sola pour l’opération intégrité du Lac. Cette dernière catégorie est déjà déployée au Niger dans le cadre cette opération. Depuis le 2 mai 2022, ce déploiement militaire se serait rapproché (moins d’un km) des sites de Djilkori, Taboua et Djilkori Salama.

Cette proximité créé une certaine psychose au sein de ces populations déplacées surtout à l’endroit des femmes. De plus, au cours de la journée, les FDS partagent avec ces PDI les mêmes points d’approvisionnement en eau potable. En outre, des violations de droits humains seraient perpétrées par des éléments de FDS sur les PDI. En effet, 4 agressions physiques, un cas d’extorsions de biens (chèvres,) suivi de coups et blessures à Djaoune, 5 ménages PDI menacés de quitter leurs abris sur le site de Djilkori Salama ont été signalés. Le site de Taboua ne disposerait pas des latrines, et par peur de se croiser avec les FDS la nuit, ces PDI éprouvent des difficultés d’accès à ces zones pour se soulager et s’exposent ainsi aux maladies dues au manque d’accès à l’assainissement.

Les femmes et jeunes filles subiraient des harcèlements de la part des militaires et leur liberté de mouvement seraient restreinte. Elles n’arrivent plus à mener leurs activités de moyens de subsistance telles que la vente de l’eau, charbon de bois parce que les militaires se sont installés au Sud, chemin que les PDI empruntaient pour se rendre en brousse. Les informations ci-dessous relatées ont conduit le sous-cluster protection soutenu par le sous-cluster CCCM et OCHA a mené une évaluation rapide de protection pour mieux cerner les risques de protection et d’autres éventuels besoins des personnes déplacées internes sur les sites de Djilkori, Taboua et Djilkori Salama.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.