Перейти к основному содержанию

Bulletin sur le criquet pèlerin No. 524 (2 juin 2022)

Страны
Эфиопия
+ 19
Источники
FAO
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

PRÉVALENCE D’UNE SITUATION CALME

POINTS CLÉS

• Situation actuelle : calme dans toutes les régions
• Mai : pas de précipitations, végétation sèche et peu de criquets
• Juin : faible risque de reproduction à petite échelle dans l'est de l'Éthiopie
• Juillet–septembre : pluies supérieures à la normale probables dans les zones de reproduction estivale pour une reproduction à petite échelle
• Octobre : augmentation potentielle des criquets dans le Sahel africain, le Yémen, la frontière indo-pakistanaise

La situation relative au Criquet pèlerin est encore restée calme en mai.

Les conditions écologiques étaient sèches et défavorables à la reproduction dans toutes les régions en raison du manque de pluies. De petites infestations acridiennes étaient présentes dans le sud-est de l'Égypte et le sud-ouest du Pakistan.

En Égypte, les larves et les ailés se sont concentrés dans le peu de végétation encore verte à proximité de la côte de la mer Rouge et ils ont formé plusieurs petits groupes qui ont été traités. Il existe un risque limité que les groupes d'ailés non détectés se déplacent en direction du Sud vers les zones de cultures de la vallée du Nil dans le nord du Soudan.

Au Pakistan, quelques ailés solitaires issus de la reproduction printanière étaient présents sur la côte sud-ouest.

Pendant la période de prévision, une reproduction à petite échelle débutera probablement dans les aires de reproduction estivale du Sahel septentrional entre la Mauritanie et l'ouest de l’Érythrée, ainsi que de part et d'autre de la frontière indo-pakistanaise. Une reproduction limitée pourrait également avoir lieu dans l'intérieur du Yémen et peut-être dans des parties de l'est et du nord-est de l'Éthiopie. Ces régions devraient recevoir des précipitations supérieures à la normale de juillet à septembre en raison d’un épisode persistant de La Niña et d'un dipôle négatif dans l'océan Indien, qui devraient encore s'intensifier.

Néanmoins, il faudrait des reproductions réussies de plusieurs générations avant que les effectifs acridiens n'atteignent des niveaux menaçants; la situation devrait donc rester calme au moins jusqu'en octobre.