Aller au contenu principal

Le rapport sur les résultats montre que l’OMS a remporté des succès en matière de santé mondiale malgré la pandémie de COVID-19

Pays
Monde
Sources
WHO
Date de publication
Origine
Voir l'original

Le Rapport sur les résultats 2020-2021 montre bien les succès remportés par l’OMS dans le domaine de la santé mondiale malgré la pandémie de COVID-19. Publié à quelques jours de l’Assemblée mondiale de la Santé, qui se tiendra la semaine prochaine, le rapport détaille des réalisations telles que la livraison de plus de 1,4 milliard de doses de vaccin par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX, la recommandation de l’utilisation généralisée du premier vaccin antipaludique au monde et les interventions de l’OMS dans quelque 87 situations d’urgence sanitaire, dont celle liée à la pandémie de COVID-19.

Au cours de la période 2020-2021, l’OMS a dirigé la plus grande riposte mondiale jamais menée face à une crise sanitaire, en collaboration avec 1600 partenaires techniques et opérationnels, et a contribué à dynamiser la campagne de vaccination la plus importante, la plus rapide et la plus complexe de l’histoire. L’Organisation a dépensé 1,7 milliard de dollars des États-Unis (USD) pour acheter des fournitures essentielles à la riposte à la COVID-19.

« Tout en réagissant à la crise sanitaire mondiale la plus grave depuis un siècle, l’OMS a continué d’aider ses États Membres à faire face à de nombreuses autres menaces pour la santé, malgré des budgets serrés et des services perturbés », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

« Alors que le monde continuera de faire face à la pandémie et de s’en relever, dans les années à venir, la priorité de l’OMS est d’investir encore plus de ressources pour mener à bien des activités dans les pays où cela compte le plus », a-t-il poursuivi, avant d’ajouter : « Il est essentiel que l’OMS dispose d’un financement durable, prévisible et souple pour remplir sa mission, c’est-à-dire promouvoir la santé, préserver la sécurité mondiale et servir les populations vulnérables. »

En janvier 2022, l’Accélérateur ACT avait permis de fournir plus d’un milliard de doses de vaccin contre la COVID-19. Parmi les fournitures sanitaires essentielles déployées à l’échelle mondiale, il y avait des équipements de protection individuelle pour une valeur de près de 500 millions USD ; des concentrateurs d’oxygène pour 187 millions USD, des traitements pour 4,8 millions USD et des tests de diagnostic pour 110 millions USD.

Cependant, beaucoup reste à faire pour que 70 % de la population mondiale soit vaccinée d’ici à juillet 2022, conformément à l’objectif fixé par l’OMS.  

L’efficacité de l’OMS en dehors de la pandémie

Le rapport sur les résultats montre que l’OMS a remporté des succès remarquables en dehors de la riposte à la pandémie. Des politiques contraignantes interdisant l’utilisation des acides gras trans (des composés alimentaires dangereux à l’origine de maladies cardiovasculaires) sont en vigueur dans 58 pays, où vivent 3,2 milliards de personnes. Parmi ces pays, 40 disposent de bonnes pratiques en la matière, dont le Brésil, le Pérou, le Royaume-Uni, Singapour et la Turquie. L’initiative REPLACE de l’OMS vise à éliminer les acides gras trans partout dans le monde d’ici à la fin de 2023.  

Grâce à la mise en œuvre des mesures prévues par la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, le tabagisme recule dans 150 pays, ce qui permet de sauver des vies et de préserver des moyens de subsistance.  

Grâce aux efforts déployés pour généraliser des interventions vitales en se fondant sur les lignes directrices de l’OMS, 15 pays ont réussi à éliminer la transmission du VIH et/ou de la syphilis de la mère à l’enfant. 

Et, suivant la recommandation de l’OMS, le premier vaccin antipaludique au monde (RTS,S) a été administré à plus d’un million d’enfants. Son utilisation, associée à d’autres interventions de lutte contre le paludisme, devrait permettre de sauver de 40 000 à 80 000 vies par an. 

Une voix pour l’équité en santé

Le rapport démontre que l’OMS joue un rôle crucial de garante de la santé dans le monde, en défendant l’équité en santé alors que les inégalités se creusent à l’échelle mondiale.

Les graves conséquences de la pandémie ont été ressenties partout. Le rapport montre clairement que les objectifs cruciaux en matière de santé mondiale sont encore plus hors de portée qu’auparavant. En raison des multiples perturbations causées par la pandémie de COVID-19, les pays ont pris du retard par rapport aux « cibles du triple milliard » de l’OMS qui constituent des orientations essentielles pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030. 

Les progrès en matière de couverture sanitaire universelle et d’amélioration de la santé des populations sont environ quatre fois trop lents, voire plus, pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici à 2030, et aucun pays n’était pleinement préparé à une pandémie d’une telle ampleur.

La COVID-19 a aussi énormément perturbé les services de santé : il ressort d’une enquête à laquelle ont répondu 117 pays sur 127 que la COVID-19 a perturbé au moins un service de santé essentiel, tandis que le taux moyen de perturbation dans ces pays a atteint 45 %.

À l’avenir, la réalisation des cibles du triple milliard sera le principal objectif de l’OMS, car il s’agit d’un moyen mesurable de réduire les écarts en matière d’équité en santé.

Rôle clé du financement durable

Le rapport sur les résultats expose en détail les efforts déployés par l’OMS en matière de transparence et de responsabilisation, en donnant des précisions sur les dépenses. Pour l’exercice 2020-2021, le budget programme de l’OMS s’élevait à 5,8404 milliards USD. En réalité, le financement a atteint 7,916 milliards USD, en raison des opérations d’urgence liées à la COVID-19. Cet excédent s’explique par la générosité des donateurs, dont 12 États Membres qui ont apporté environ 71 % du financement total.

Néanmoins, les contributions volontaires à objet désigné apportées par les donateurs représentent la plus grande partie du financement de l’OMS. Les fonds souples ne représentaient que 20 % du financement total en 2020-2021. 

Si l’OMS veut jouer pleinement son rôle dans la réalisation des ODD, l’instauration de la couverture sanitaire universelle et la réduction de la charge de morbidité, et en faisant en sorte qu’un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d’urgence sanitaire, la part du financement ordinaire, stable et prévisible doit augmenter.

Note aux rédacteurs

Le Mécanisme COVAX est codirigé par la CEPI, l’Alliance Gavi et l’OMS, aux côtés de l’UNICEF comme partenaire clé de la prestation de services. Dans la Région des Amériques, le Fonds renouvelable de l’OPS est le dispositif d’achat reconnu pour le Mécanisme COVAX.

Cibles du triple milliard de l’OMS à l’horizon 2023 : 1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiant de la couverture sanitaire universelle ; 1 milliard de personnes supplémentaires mieux protégées face aux situations d’urgence sanitaire ; 1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiant d’un meilleur état de santé et d’un plus grand bien-être.

Contacts pour les médias

Service de presse OMS
Email: mediainquiries@who.int