Aller au contenu principal

Protection des civils en période de conflit armé - Rapport du Secrétaire général (S/2022/381)

Pays
Monde
+ 20
Sources
UN SC
Date de publication
Origine
Voir l'original

I. Introduction

  1. Le présent rapport est soumis comme suite à la demande formulée par la Présidente du Conseil de sécurité dans sa déclaration du 21 septembre 2018 (S/PRST/2018/18). Il donne également suite aux demandes d’informations concernant une série de thèmes particuliers formulées par le Conseil dans ses résolutions 2286 (2016), 2417 (2018), 2474 (2019), 2475 (2019) et 2573 (2021).

  2. Le présent rapport est soumis dans le contexte du conflit en Ukraine, qui a causé des déchirements et des souffrances indicibles et dont les effets s’étendent bien au-delà de l’Ukraine. Des hôpitaux, des écoles, des immeubles d’habitation et des abris ont été pris pour cibles d’attaques. Douze millions d’Ukrainiens et Ukrainiennes ont été forcés de fuir leur foyer. Dans les villes encerclées, les civils restent piégés et coupés des ressources indispensables. La perspective d’un conflit nucléaire, impensable jusqu’alors, est de nouveau du domaine du possible. Les prix des denrées alimentaires, du carburant et des engrais s’envolent à l’échelle mondiale. Les chaînes d’approvisionnement, déjà mises à rude épreuve par la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19), sont perturbées. Les personnes les plus durement touchées par cette situation sont les plus pauvres, la souffrance étant exacerbée dans d’autres situations de conflit et on voit s’installer de nouveaux facteurs d’instabilité politique et de troubles partout sur la planète, avec des conséquences directes sur la protection des civils.

  3. L’humanité est également affligée par l’implacable pandémie de COVID-19, qui a causé une surmortalité estimé à 15 millions entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021 et laissé d’innombrables personnes aux prises avec des problèmes de santé. Combinée aux conflits, la pandémie a exacerbé les souffrances humaines et alourdi le fardeau pesant sur des services de santé affaiblis. Les vaccins ont permis à de nombreuses régions du monde de maîtriser la pandémie, mais leur distribution reste largement inégale. Près de 3 milliards de personnes attendent toujours leur première injection, souvent dans des situations de conflit où les systèmes de santé sont en piètre état et où la confiance du public est faible.

  4. En 2021, les conflits armés dans plusieurs pays se sont accompagnés de violences intercommunautaires, de protestations violentes, de criminalité organisée ou d’autres formes de violence, suscitant des inquiétudes quant aux violations des droits humains et aux atteintes à ces droits, aggravant les souffrances et brouillant les distinctions entre conflits armés et autres situations de violence. Dans certains pays en proie à un conflit, des changements anticonstitutionnels de gouvernement ont entraîné une recrudescence de la violence. La crise climatique a également exacerbé les vulnérabilités liées aux conflits, comme l’insécurité alimentaire, attisant la violence et intensifiant les crises humanitaires.

  5. Les conflits armés ont continué à se caractériser par des décès, blessures et traumatismes psychologiques, violences sexuelles, actes de torture, séparations de familles et disparitions en grand nombre touchant la population civile. Les conflits ont endommagé et érodé les infrastructures essentielles, perturbant les services vitaux d’eau, d’assainissement, d’électricité et de santé et entraînant des privations, la faim et des déplacements. L’utilisation abusive des technologies numériques a facilité la désinformation et la diffusion de fausses informations, de discours de haine, alimentant ainsi les conflits et accroissant les risques de préjudice pour les civils. Les hostilités, les obstacles administratifs, les effets nuisibles des sanctions et des mesures antiterroristes sur l’action humanitaire, la violence contre le personnel et les biens humanitaires et d’autres difficultés se sont cumulés au point d’entraver l’accès humanitaire, avec de lourdes conséquences pour les civils dans le besoin. La section II du présent rapport est consacrée à l’état de la protection des civils dans le monde en 2021 et la section III aux problèmes rencontrés par l’action humanitaire ces dernières années.