Aller au contenu principal

Bulletin conjoint d’information sur les marchés au Burkina Faso (Période du 1 au 31 mars 2022)

Pays
Burkina Faso
Sources
Govt. Burkina Faso
+ 1
Date de publication

Points saillants

  1. L’offre céréalière est inférieure à la normale, s’expliquant par la conjugaison de plusieurs facteurs : (i) la mauvaise performance de la campagne agricole ; (ii) la faiblesse de l’approvisionnement des marchés et (iii) la recrudescence de l’insécurité dans la partie septentrionale du pays qui limite le bon fonctionnement des marchés.

  2. Les prix des céréales locales (mil, maïs, sorgho) ont atteint un record avec 294 FCFA le kilogramme en moyenne. Les facteurs explicatifs de ces hausses de prix sont : (i) la baisse de la production de céréales de la campagne agricole 2021/2022 (-9,79 pour cent par rapport à la campagne précédente et -2,38 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale) ; (ii) l’insécurité qui entrave le bon approvisionnement des marchés dans les régions du Centre-Nord, du Nord et du Sahel ; (iii) la forte demande céréalière qui englobe la demande pour la consommation humaine et surtout celle animale et industrielle.

  3. Plusieurs produits alimentaires importés (huile, sucre, sel, et farine de blé) ont connu également des hausses de prix allant de 20 à 53 pour cent comparativement à l’année précédente. Cette évolution s’inscrit dans la même dynamique évolutive que les prix des produits alimentaires sur le plan international avec comme principales causes la COVID-19 et plus récemment la crise russo-ukrainienne.

  4. Bien que la vente d’un bouc permette toujours de se procurer au moins un sac de 100 kg de céréales, il est observé une dégradation des termes de l’échanges (bouc/céréales) dans la plupart des régions pastorales par rapport à l’année passée et à la moyenne quinquennale.

  5. En perspectives, les stocks des ménages et des commerçants poursuivent leur baisse à un rythme plus rapide que d’habitude laissant présager une soudure précoce dans les régions du Centre-Nord, du Nord et du Sahel.

  6. Les prix des produits agricoles vont poursuivre leur évolution à la hausse avec la baisse de l’offre et la forte demande. Les hausses seront plus accentuées dans la partie nord du pays où l’insécurité impacte négativement la chaîne d’approvisionnement. La hausse des prix des produits importés pourrait continuer au cours des prochains mois et risque d’impacter négativement le climat socio-économique fragilisé par l’insécurité.