Aller au contenu principal

Madagascar: Bulletin n°3 du cluster santé (Période de rapportage: 22 avril 2022) [EN/FR]

Pays
Madagascar
Sources
Health Cluster
+ 1
Date de publication
Origine
Voir l'original

POINTS SAILLANTS

  • La continuité d’offres de soins de santé gratuites par les partenaires dans les zones affectées par les cyclones à travers le déploiement de cliniques mobiles.

  • La recrudescence des maladies à potentiel épidémique (Covid-19, la peste, le paludisme, rougeole, la polio) et de la malnutrition avec certains districts sanitaires en épidémies.

  • L’intensification de la surveillance épidémiologique des maladies à potentiel endémo-épidémique dont les MEV, paludisme, IRA, diarrhées, dermatoses, Covid-19, la peste; avec la participation de toutes les parties prenantes particulièrement au niveau communautaire.

  • 18% de financements reçus pour un budget requis de 16 millions USD afin de répondre aux besoins critiques identifiés du secteur de la santé.

I. EXECUTIVE SUMMARY OF EMERGENCIES

An intense rainfall in January caused flooding, landslides, destruction of infrastructure and loss of life, particularly affecting the country’s capital, Antananarivo, and other areas of Analamanga Region, in the center of the country. The rains were initially driven by an Intertropical Convergence Zone around 17 January and increased when a Tropical Depression—which subsequently formed Tropical Storm Ana—made landfall in the east of the country on 22 January and exited the other side of the island on 23 January. At least 131,000 people were affected across 7 regions, including 71,000 people who were displaced according to authorities.
At least 58 people have died, almost all of them in the capital, where traditional houses collapsed, and others were swept away by landslides.

Although people have since begun to return to their homes, the situation deteriorated again with the Tropical Cyclone Batsirai On the 5th of February the cyclone hit the district of Mananjary, Vavovavy Region, bringing an average wind of 165 km/h; heavy rains and considerable material damage. The Tropical Cyclone Batsirai rapid moved towards the South-West at a speed of 36 Km/h and exited the land in the Mozambique Channel. Later in February the country was again hit with a series of two cyclones, Dumako and Emnati which caused enormous damages including to the health system.

There is need to enhance coordination among sectors, NGOs and UN agencies to provide other needed services such as food, safe water, sanitary facilities, social protection, psychosocial support, shelter and essential health services.
Coordination of intervention to fill critical gap is required within the health cluster, intensify information, community education and communication to improve health seeking behavior as we are responding to emergency and ensure resilience for a long term copying mechanism.

I. RÉSUMÉ DES SITUATIONS D’URGENCE

Des pluies intenses en janvier ont provoqué des inondations, des glissements de terrain, la destruction d’infrastructures et des pertes en vies humaines, affectant particulièrement la capitale du pays, Antananarivo, et d’autres zones de la région d’Analamanga, dans le centre du pays. Le 17 janvier, une zone de convergence intertropicale a entrainé une dépression tropicale qui a formé la tempête tropicale Ana. Au moins 131 000 personnes ont été touchées dans 7 régions, dont 71 000 personnes déplacées selon les autorités nationales.

Au moins 58 personnes sont mortes, presque toutes dans la capitale, où des maisons se sont effondrées, et d’autres ont été emportées par des glissements de terrain. Bien que les gens aient depuis commencé à rentrer chez eux, la situation s’est à nouveau détériorée avec le cyclone tropical Batsirai. Le 5 février, le cyclone a frappé le district de Mananjary, région de Vavovavy, apportant un vent moyen de 165 km/h, des fortes pluies et des dégâts matériels considérables. Le cyclone tropical Batsirai s’est déplacé vers le sud-ouest à une vitesse de 36 Km/h et est sorti de terre dans le canal du Mozambique.

Plus tard en février, le pays a de nouveau été frappé par une série de deux cyclones, Dumako et Emnati, qui ont causé aussi d’énormes dégâts, notamment sur le système de santé comme détaillé dans le tableau ci-dessous.

Il est nécessaire de renforcer la coordination entre les clusters, les ONG et les agences des Nations Unies pour fournir d’autres services nécessaires tels que la nutrition, l’eau potable, les installations sanitaires, la protection sociale, le soutien psychosocial, le logement et les services de santé essentiels.
La coordination de la réponse, une bonne communication et partage d’information dans d’influencer un comportement positif pour changement de comportement va aider ainsi à améliorer la santé de la population et ainsi aider à trouver des solutions aux problèmes urgents et assurer ainsi la résilience de la population et du système de santé à long terme face aux catastrophes naturelles.