Перейти к основному содержанию

La perception erronée des risques par l'humanité renverse les progrès mondiaux dans une « spirale d'autodestruction », selon un nouveau rapport de l'ON

Страны
Мир
Источники
UNDRR
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Le monde pourrait défaire les progrès sociaux et économiques et faire face à 1,5 catastrophe quotidienne d'ici 2030, selon le Bilan mondial phare de l'ONU.

26 avril 2022, NEW YORK/GENÈVE – Les activités et comportements humains contribuent à l’augmentation du nombre de catastrophes à travers le monde, mettant en danger des millions de vies ainsi que l’ensemble des acquis sociaux et économiques, avertit un nouveau rapport de l'ONU.

Publié par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR), en amont de la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe qui se déroulera en mai, le Bilan mondial 2022 (GAR 2022) révèle qu'entre 350 et 500 catastrophes de moyenne à grande ampleur ont été enregistrées chaque année au cours des deux dernières décennies. Ce chiffre devrait atteindre 560 catastrophes par an, soit 1,5 par jour, d'ici 2030.

Le Bilan mondial 2022 attribue ces catastrophes à une perception erronée des risques guidée par «l'optimisme, la sous-estimation et l'invincibilité », conduisant à des décisions politiques, financières et de développement qui exacerbent les vulnérabilités et mettent des vies en danger.

Le monde doit redoubler d'efforts pour intégrer les risques de catastrophe dans notre façon de vivre, de construire et d'investir, qui entraîne actuellement l'humanité dans une spirale d'autodestruction», a déclaré Amina J. Mohammed, Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, qui a présenté le rapport au siège de l'ONU à New York.

«Nous devons transformer notre complaisance collective en action. Ensemble, nous pouvons ralentir le rythme des catastrophes évitables tout en nous efforçant d'atteindre les objectifs de développement durable pour tous, partout.»

Le rapport, intitulé «Notre monde en danger: transformer la gouvernance pour un avenir résilient», constate que la mise en œuvre des stratégies de réduction des risques de catastrophe préconisées par le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 a réduit le nombre de personnes touchées et tuées par des catastrophes au cours de la dernière décennie.

Malgré cela, l'ampleur et l'intensité des catastrophes augmentent, et plus de personnes ont été tuées ou touchées par des catastrophes au cours des cinq dernières années qu'au cours des cinq précédentes.

Les catastrophes ont un impact disproportionné sur les pays en développement, qui perdent en moyenne 1% de leur PIB par an sous l’effet de catastrophes, contre 0,1 à 0,3% dans les pays développés. C’est la région Asie-Pacifique qui supporte le coût le plus élevé, avec une perte de PIB imputable aux catastrophes de 1,6% en moyenne chaque année. Dans les pays en développement, ce sont aussi les personnes les plus pauvres qui souffrent le plus.

Aux effets à long terme des catastrophes s'ajoute l’absence d'assurance soutenant les efforts pour reconstruire des bâtiments sûrs. Depuis 1980, seulement 40% des pertes liées aux catastrophes étaient couvertes par une assurance, les taux de couverture dans les pays en développement étant souvent inférieurs à 10%, et parfois proches de zéro, selon le rapport.

«Les catastrophes peuvent être évitées, mais seulement si les pays investissent du temps et des ressources pour comprendre les risques et les réduire», a déclaré Mami Mizutori, Représentante spéciale du Secrétaire général pour la réduction des risques de catastrophe et chef de l'UNDRR.

«Ignorer délibérément les risques, sans les intégrer dans la prise de décision, revient pour le monde à financer sa propre destruction. Les secteurs essentiels, des gouvernements au développement, en passant par les services financiers, doivent de toute urgence repenser la façon dont ils perçoivent et gèrent les risques de catastrophe.»

Les phénomènes météorologiques de plus en plus extrêmes qui résultent du changement climatique font partie des risques les plus menaçants. Le Bilan mondial 2022 réitère les appels à accélérer les efforts d'adaptation lancés lors de la COP26 en démontrant comment les responsables politiques peuvent prendre en compte la résilience climatique dans leurs décisions de développement et d’investissements. Ces initiatives comprennent la réforme de la planification budgétaire nationale pour tenir compte des risques et de l'incertitude, tout en reconfigurant les systèmes juridiques et financiers pour inciter à la réduction des risques. Elles offrent également des exemples dont les pays peuvent s'inspirer, comme l’innovante taxe carbone sur les carburants introduite par le Costa Rica en 1997, qui a contribué à inverser la déforestation, facteur majeur de risques de catastrophe, tout en stimulant l'économie. En 2018, 98% de l'électricité au Costa Rica provenait de sources d'énergie renouvelables.

Rédigé par un groupe d'experts issus du monde entier, le Bilan mondial est une synthèse des domaines d'expertise indispensables pour comprendre les risques complexes et les réduire. Ses conclusions alimenteront l'examen à mi-parcours de la mise en œuvre du Cadre de Sendai, occasion de recenser les défis et de passer en revue les progrès de chaque pays par rapport à l'objectif, aux cibles et aux priorités d'action dudit cadre.

«À l’heure de l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai, ce rapport doit être entendu comme un signal d'alarme pour accélérer l'action sur les quatre priorités du Cadre et arrêter la spirale ascendante des catastrophes», a déclaré Mami Mizutori.

«La bonne nouvelle est que les décisions humaines sont les principaux catalyseurs des risques de catastrophe; nous avons donc le pouvoir de réduire considérablement les menaces qui pèsent sur l'humanité, et en particulier sur les plus vulnérables.»

À propos de l'UNDRR

L'UNDRR travaille en étroite collaboration avec les responsables politiques et ses différents partenaires à la mise en œuvre du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, qui balise la voie d’une réduction des risques posés par les catastrophes.

En mai, les décideurs se réuniront à Bali, en Indonésie, à l’occasion de la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, accueillie par le gouvernement indonésien et organisée par l’ONU. Ce forum sera l’occasion de passer en revue les stratégies permettant d’accélérer l'action vers une réduction des risques.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.undrr.org, ou contactez l'équipe chargée des médias de l'UNDRR : Omar Amach (Omar.Amach@un.org) et Rosalind Cook (Rosalind.Cook@un.org).