Перейти к основному содержанию

Tchad : Aperçu de la situation humanitaire au Lac (mars 2022)

Страны
Чад
+ 2
Источники
OCHA
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

APERCU

La situation humanitaire de la province du Lac est toujours caractérisée par des incidents de protection qui se multiplient contre des populations civiles, contraintes de fuir leurs villages d’origine pour se réfugier dans d’autres localités plus sûres, l’insécurité alimentaire et la malnutrition croissantes, les urgences sanitaires, et les effets du changement climatique provoquant des inondations.

L’insécurité régnante au Lac empêche l’accès dans certaines zones, principalement les zones insulaires : axes Ngouboua, Kangalam et Kaiga-Kindjiria, très affectées par les incidents de protection. Au 30 septembre 2021, la province du Lac comptait 406 573 personnes déplacées internes suite aux attaques des GANE, soit 62% de la population de la province (657 000 habitants). Ce nombre de déplacés internes a augmenté de 95% par rapport à janvier 2020 qui avait enregistré 208 300 déplacés internes. Les incidents de protection contre les populations civiles sont d’autant plus préoccupants qu’ils ont augmenté de 59% de janvier 2021 à janvier 2022, soit 1 683 incidents de protection rapportés contre 1 058 en 2020.plus de 1 683 incidents de protection rapportés, contre 1 058 en 2020. Il en est de même pour le mois de janvier 2022 qui a enregistré 138 incidents contre 98 en décembre 2021, soit une augmentation de 29%. Les incidents les plus récurrents sont les agressions physiques, les enlèvements, les homicides, les meurtres, les extorsions de biens, etc., commis essentiellement par les Groupes Armés non étatiques (GANE). Quant aux violences basées sur le genre, 1 892 incidents, dont 59 viols (6 cas en janvier 2022),ont été enregistrés entre janvier 2021 et janvier 2022. Cette situation inquiète la population de la province qui plaide pour un renforcement des mesures de sécurité et de protection des civils dans les sites d’accueil des déplacés et dans les zones de pâturage. Sur le plan sanitaire, l’épidémie de choléra qui sévit dans les pays voisins (Nigeria, Niger et Cameroun), mais aussi dans les districts limitrophes est préoccupante. Un plan de contingence a été élaboré pour prévenir sa propagation vers le Tchad. Quant à la situation de la COVID-19, six (6) nouveaux cas ont été notifiés en février 2022 dont cinq (5) à Baga Sola et un (1) à Bol.

De plus, les effets du changement climatique se font sentir aussi au Lac, notamment avec des feux de brousse qui détruisent des cultures et des habitations, accroissant davantage la vulnérabilité des populations. Entre janvier et février 2022, 15 cas d’incendies ont été rapportés dans les sous-préfectures de Baga Sola, Ngouboua, Bol et Liwa. Le bilan est de 107 maisons détruites (soit aussi 107 ménages affectés), deux(2) décès dont un garçon et une fille de 6 ans, un montant d’environ 6 000 000 XAF consumés par les flammes, un nombre important des denrées et produits alimentaires, des matériels électroménagers(frigos, ventilateurs, réfrigérateurs) etc. . Les besoins prioritaires sont les abris, les articles ménagers essentiels et les vivres. Quelques interventions multisectorielles ont été apportées aux sinistrés mais demeurent insuffisantes par rapport aux besoins exprimés.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.