Aller au contenu principal

Niger: Analyse de la réponse pour l’adaptation climatique (décembre 2021)

Pays
Niger
Sources
CGIAR
+ 3
Date de publication
Origine
Voir l'original

Messages clés

Contexte

  • Le Niger est un pays extrêmement vulnérable du fait de son exposition aux risques climatiques (sécheresse, inondations, hausse des températures), des décennies de mauvaise gestion et d’accès à la terre et l’eau, son enclavement géographique et l’insécurité à laquelle il fait face au niveau interne et régional. Pour mieux répondre et anticiper les besoins de la population locale face aux aléas climatiques actuels et futurs, le présent rapport établit une évaluation des projections futures des impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et sur les indicateurs de vulnérabilité. Sur la base de ces résultats, des recommandations pour l’intégration de l’adaptation climatique dans la programmation du Programme Alimentaire Mondial (PAM) ont été formulées pour quatre zones de moyens d’existence (ZME), priorisées à partir des quatre régions naturelles à profils climatiques variés du Niger : (1) la zone Agricole à Dominance mil et sorgho, (2) la zone Agropastorale, (3) la zone des Cultures Maraichères du Sud (4) la zone Pastorale des Transhumants et des Nomades.

  • Le Niger possède de nombreuses politiques et stratégies nationales pour le développement qui intègrent l’adaptation climatique dans leurs provisions, mais les progrès dans la mise en œuvre de ces stratégies sont souvent ralentis par les défis financiers, sécuritaires et institutionnels auxquels le Niger est confronté. Les partenaires au développement tels que le PAM ont des opportunités d’appuyer les efforts de formulation de cette politique et d’adaptation au changement climatique dans le pays.

  • Étant donné l’importance du secteur agricole nigérien pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et sa grande vulnérabilité aux aléas climatiques, l’agriculture représente un des secteurs les plus propices à l’intégration de l’adaptation. L’agriculture nigérienne est extrêmement vulnérable aux aléas climatiques comme la sécheresse, les inondations et la hausse des températures. Le secteur agricole présente donc un grand potentiel pour une extension en prenant en compte l’adaptation pour le renforcement de la sécurité alimentaire.