Saltar al contenido principal

Groupe de Travail Régional sur la Nutrition en Afrique de l’Ouest et du Centre - Note conjointe sur la situation nutritionnelle dans la Région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Mars 2022)

Países
Burkina Faso
+ 8
Fuentes
Action Against Hunger
+ 8
Fecha de publicación
Origen
Ver original

Situation nutritionnelle actuelle

Prévalence et fardeau de la malnutrition aiguë globale

Dans les pays du G5+1 au Sahel, les résultats des enquêtes nutritionnelles réalisées en 2021 montrent la persistance, voire l’augmentation de la prévalence de la malnutrition aiguë globale (MAG) chez les enfants de moins de 5 ans.

En Mauritanie, au Niger et au Tchad, les prévalences de MAG sont supérieures au seuil d’alerte de 10%, tandis que dans de nombreuses régions de certains pays (région de Ménaka au Mali, Mauritanie du Sud, région de Diffa au Niger ainsi que dans les régions Est/Ouest du Tchad), les taux de MAG dépassent le seuil d’urgence de 15%.

La récente analyse IPC de la malnutrition aiguë au Mali montre qu’entre octobre 2021 et mai 2022, 16 subdivisions administratives seront probablement dans une situation nutritionnelle grave (phase 3 de l’IPC) et 3 autres subdivisions administratives dans une situation critique (phase 4 de l’IPC). Entre juin et août 2022, une détérioration progressive de la situation nutritionnelle est attendue, avec 37 subdivisions administratives, sur 51 analysées, dans un état grave et cinq subdivisions administratives probablement dans un état critique 1 .

Au Nigéria, tant dans le Nord-Est que dans le Nord-Ouest, la situation d’insécurité continue de se détériorer, ce qui entraîne une augmentation du nombre de personnes déplacées, avec une vulnérabilité accrue. Les résultats de l’enquête nutritionnelle menée en décembre 2021 dans le Nord-Ouest avec la méthodologie rapide SMART indiquent que la prévalence de l’émaciation chez les enfants âgés de 6 à 59 mois pour l’État de Sokoto et entre les différentes zones d’administration locale (LGA) variait de 7,3% dans la LGA de Sabon Birni à un niveau d’urgence de 30,1% dans a LGA2 d’Isa, et la prévalence de l’émaciation sévère variait de 0,3% à un niveau très critique de 10,2%.

Par conséquent, en 2022, on estime que 6,3 millions d’enfants âgés de 6 à 59 mois dans le G5+1 Sahel souffriront d’émaciation, dont plus de 1,4 million d’enfants souffriront d’une forme sévère d’émaciation.

Près de 70 % des enfants de moins de 5 ans dont on estime qu’ils souffriront d’émaciation sur la zone du G5+1 Sahel se trouvent dans les pays du Centre Sahel (Burkina Faso, Mali et Niger).

Par rapport aux années précédentes, le nombre de cas de MAG attendus n’a jamais été aussi élevé, affichant une augmentation de 27% par rapport aux estimations de 2021 et une augmentation de 62% par rapport à 2018, atteignant un niveau record pour la cinquième année consécutive.

En 2021, sur les 1,8 million d’enfants de moins de cinq ans souffrant d’émaciation grave et ciblés pour recevoir un traitement dans les 9 pays du Sahel3 , 1,6 million (89%) ont été admis dans des établissements de santé. Par rapport à 2020, une légère augmentation de 2% est enregistrée dans le nombre de nouvelles admissions. Par rapport aux 5 dernières années, cela représente le taux de réussite le plus élevé.