Saltar al contenido principal

La confiance doit être gagnée : Perceptions de l’aide en Haïti - Une vérification de réalité sur la redevabilité après-séisme envers les personnes affectées, avril 2022

Países
Haití
Fuentes
Ground Truth Solutions
Fecha de publicación

Sommaire exécutif

Les Haïtiens ne sont pas étrangers à l'aide extérieure. Des milliards ont été versés dans la "République des ONG", qui accueille à tout moment des milliers de projets dont les aspirations vont de l'amélioration de l'assainissement à la transformation des moyens de subsistance. Le tremblement de terre qui a ravagé Port-au-Prince en 2010 a mis en évidence le chaos et parfois l'absurdité de la machine de l'aide internationale. Pendant des années, la capitale a été submergée par des cargaisons de fournitures, des convois de Landcruisers, les médias, des célébrités et des avions chargés de personnes désireuses d'aider. Des allégations de corruption, de mauvaise coordination et d'exploitation ont été formulées. Plusieurs années après, les gens se demandent toujours où est passé l'argent. Haïti a inspiré un débat mondial sur la réforme de l'aide humanitaire, formalisé dans les engagements du "Grand Bargain", mais des améliorations nettes restent insaisissables.

Lorsque le tremblement de terre d'août 2021 dans le sud du pays a déclenché une nouvelle vague d'aide internationale, Ground Truth Solutions a décidé de demander aux citoyens haïtiens si les organisations humanitaires répondent aux attentes de la communauté, et dans quels aspects elles ne répondent pas.

Nous avons interrogé 1251 personnes affectées par le tremblement de terre pour comparer leurs attentes vis-à-vis des travailleurs et des programmes humanitaires avec leur expérience de l'aide dans la réalité. Nous avons ensuite parlé à 86 personnes dans le cadre d'entretiens qualitatifs de longue durée et de groupes de discussion afin de découvrir où et pourquoi il existe des écarts entre les attentes et la réalité, et comment ils peuvent être résolus.

Voici ce que les gens nous ont dit :

  • L'aide ne répond pas aux attentes. Les gens considèrent que l'aide est utile pour les besoins à court terme, mais qu'elle ne répond pas aux priorités. Ils la considèrent injuste et éprouvent peu de dignité à y avoir recours.

  • Les informations transparentes sur l'aide sont insuffisantes. Cela marginalise les populations touchées par la crise dans le processus de prise de décision. Les gens veulent comprendre comment l'aide fonctionne, mais ils ne le comprennent pas - et ils sont exclus des processus décisionnels – de sorte qu'ils ne font pas confiance aux fournisseurs d'aide.

  • L'aide est déresponsabilisante. Les Haïtiens estiment avoir le droit de participer à la planification et à la mise en œuvre de l'aide. Au lieu de cela, ils se sentent marginalisés par les fournisseurs d'aide et relégués à des rôles passifs de récepteurs. Ils se sentent donc incapables d'exercer une influence sur quoi que ce soit.

  • L'assistance humanitaire n'aide pas les gens à atteindre leurs objectifs à long terme. Les gens considèrent que l'assistance humanitaire est utile dans le contexte immédiat d'une catastrophe aiguë, mais qu'elle ne va pas plus loin. Ils estiment que la durabilité peut être atteinte en consultant les populations touchées sur leurs besoins à plus long terme et en impliquant davantage la société civile haïtienne dans les décisions.

  • La collaboration avec des acteurs en qui les communautés ont confiance est essentielle pour assurer la responsabilisation de l'aide. Les gens trouvent important que l'aide soit distribuée par des acteurs en qui ils ont confiance pour la fournir de manière équitable et transparente.

Nous avons abordé nos conclusions avec des représentants du gouvernement, des secteurs humanitaires, des ONG et des organisations travaillant avec des personnes vivant avec un handicap, ainsi qu'avec les points focaux chargés de rendre des comptes aux personnes affectées, et nous les avons encouragés à élaborer des recommandations et des engagements pour améliorer la confiance tout au long de la réponse. Les recommandations prioritaires sont les suivantes :

  • Sensibiliser au ciblage et aux critères de sélection, y compris dans les zones reculées ;

  • Adapter l'évaluation des besoins aux contextes locaux, notamment en tenant compte du sexe et de l'âge ;

  • Assurer la sécurité des distributions de l'aide en : choisir avec soin le moment de la journée ; anticiper le nombre de personnes ; fournir une formation sur les mesures de contrôle de la foule ; impliquer une série de leaders locaux qui représentent divers groupes dans les distributions.

  • Harmoniser les mécanismes de plainte existants, indépendants, anonymes et confidentiels ;

  • Accroître la sensibilisation sur les mécanismes de plainte et de retour d'information existants, et informer les communautés du traitement de leur plainte et de toute action entreprise pour y répondre ;

  • Améliorer la participation des organisations communautaires, notamment les organisations de personnes vivant avec un handicap (OPD) et les organisations de femmes, afin d'accroître l'accès à l'aide pour les groupes marginalisés.

La confiance de la communauté est dégradée depuis de nombreuses années. La mise en œuvre de ces recommandations ne peut donc rétablir la confiance que jusqu’à un certain point. Nous espérons qu'elles pourront constituer une étape importante dans un processus plus large.

Ground Truth Solutions: added project to body as per case 50068