Aller au contenu principal

Tchad Plan de réponse humanitaire 2022 (mars 2022)

Pays
Tchad
+ 6
Sources
OCHA
Date de publication
Origine
Voir l'original

Aperçu du plan de réponse

PERSONNES DANS LE BESOIN 6,1M

PERSONNES CIBLÉES 3,9M

FONDS REQUIS (US$) $510,9M

PARTENAIRES OPÉRATIONNELS 134

Le Tchad est confronté à des problématiques humanitaires persistantes liées à l’insécurité croissante dans certaines parties du territoire et dans les pays voisins ainsi qu’aux défis socio-économiques, sanitaires et climatiques dans un contexte de transition politique. L’exposition aux effets du changement climatique, l’ampleur des violences perpétrées par des groupes armés dans la région du bassin du lac Tchad, la fragilité de la situation sécuritaire dans les pays limitrophes et les conflits intercommunautaires dans un contexte de sous-développement pérennisent la situation humanitaire au Tchad.

Plus de un million de personnes sont en situation de déplacement, dont 524 417 réfugiés et demandeurs d’asile1 , 406 573 personnes déplacées internes, 119 121 retournés tchadiens et 26 937 retournés anciens déplacés2 . Ces personnes sont réparties dans les provinces du Lac, de l’Est, du Nord et du Sud du pays.
A ces personnes, s’ajoutent 256 000 personnes sinistrées des inondations lors de la saison pluvieuse 2021 3 et 415 812 personnes de la communauté hôte.

L’insécurité alimentaire affectera plus de 5,3 millions de personnes (51% de femmes) parmi lesquelles 1,8 personnes souffrent d’insécurité alimentaire sévères (phase 3 et plus du Cadre harmonisé de novembre 2021) et 3,6 personnes sont dans la phase sous pression (phase 2). Cette situation résulte de la baisse de production agricole dont la production céréalière de 1,5% accentuée dans la zone soudanienne (3,3%), le tarissement des eaux de surfaces dans la partie sahélienne et une faible disponibilité dans la partie soudanienne affectant le pâturage. La hausse de prix des céréales et la détérioration des termes de l’échange bétail/céréales et cultures de rente/céréales affectent également la consommation alimentaire, l’état nutritionnel et l’évolution des moyens d’existence.

La malnutrition reste préoccupante au Tchad avec une prévalence de 10,9% de malnutrition aigüe globale et 2% de malnutrition aigüe sévère. Cette situation est préoccupante dans 17 de 23 provinces qui ont déjà surpassé les seuils d’urgence de 10% de malnutrition aigüe globale et de mortalité.

Le pays enregistre de manière récurrente des cas de maladies telles que le paludisme, la rougeole, la méningite, la fièvre jaune, le choléra qui affectent près de 1,7 million de personnes (dont 50,3% de femmes et filles). Ces personnes font face à des problèmes d’accès aux soins de santé primaire dans l’ensemble du pays. Cette année, deux nouvelles maladies se sont ajoutées aux urgences sanitaires : l’hépatite E et la Leishmaniose.

Les effets du changement climatique s’intensifient dans l’ensemble du pays avec des modifications importantes du climat se traduisant par la hausse du niveau des mers, des événements climatiques extrêmes (l’élévation des températures, pluies diluviennes et inondations et des sécheresses, les variations du cycle hivernal, les incendies, etc.) entrainant des bouleversements des conditions de vie humaine. Plus de 256 000 personnes ont été affectées par les inondations lors de la saison pluvieuse de 2021.

Pour répondre à ces besoins, le Plan de réponse humanitaire cible 3,9 millions de personnes parmi les 6,1 millions de personnes ayant besoin d'aide humanitaire d'urgence pour un financement requis de 510,9 millions de dollars US.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.