Перейти к основному содержанию

Cameroun : les populations des régions en crise exposées à une situation alimentaire préoccupante

Страны
Камерун
Источники
Action Contre la Faim
+ 10
Дата публикации

Plus de deux millions de personnes vivant dans 11 départements des régions de l’Extrême-Nord, du Sud-Ouest et du NordOuest seront en situation d’insécurité alimentaire aigüe dans les prochains mois, d’après les projections du Cadre Harmonisé d’octobre 2021.

Dans la région de l’Extrême-Nord, la combinaison de facteurs climatiques et de l’insécurité a plongé les populations dans l’incapacité de constituer des stocks de nourriture suffisants pour la période de soudure à venir, habituellement entre juin et août mais qui pourrait intervenir dès avril au vu des conditions actuelles. De nombreux foyers signalent être déjà à court de réserves alimentaires. La faible pluviométrie des derniers mois n’a pas permis à certaines cultures d’achever leur cycle de croissance. Les productions agricoles ont fait l’objet d’attaques de rongeurs, criquets pèlerins, oiseaux granivores et pachydermes (éléphants et hippopotames). Ces destructions ont particulièrement affecté les cultures de contre-saison particulièrement importantes pour l’accès à l’alimentation en période de soudure.
La violence des conflits intercommunautaires de décembre 2021 au Logone et Chari a déplacé des dizaines de milliers de personnes au Tchad voisin et plus de 35,000 personnes sont encore déplacées internes dans les départements du Logone et Chari, du Diamaré et du Mayo Sava, dépendant de l’assistance alimentaire et ayant dû abandonner pour une grande partie d’entre eux leurs biens, outils de production et terres agricoles.

Les conditions sécuritaires ont également eu un impact négatif sur la disponibilité et les prix des denrées alimentaires. Cette dernière année a vu l’augmentation significative du prix de denrées alimentaires de base - le mil a par exemple augmenté de 29% entre janvier 2021 et janvier 2022.

Daniel Kalbassou, Président de la région de l’Extrême-Nord, est inquiet de cette situation : « Nous sollicitons l’appui de tous pour nous accompagner dans l’anticipation et la gestion de la période de soudure à venir. Nous ne pouvons résoudre seuls cette situation qui aura des conséquences nutritionnelles néfastes pour les populations et, au vu des facteurs environnementaux connus, nulle amélioration n’est à prévoir à court ou moyen terme ».

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la crise sécuritaire provoque des déplacements fréquents des populations, diminuant les surfaces cultivées et les capacités de production agropastorale.

Cette crise alimentaire intervient dans des régions déjà fragilisées par des crises et chez des populations éprouvées par l’impact socio-économique de deux années de pandémie de COVID-19.

A l’Extrême-Nord, il est plus que jamais nécessaire de combiner une aide alimentaire d’urgence suffisante aux populations affectées par les conflits à une réponse aux causes sous-jacentes des crises, permettant d’améliorer à long terme les capacités de résilience des populations. Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, un renforcement de la réponse humanitaire est primordial pour répondre aux besoins essentiels des populations et améliorer leur protection.

Signatory NGOs/ONG signataires :

Action contre la Faim

ALIMA

CARE

Danish Refugee Council

IEDA Relief

International Rescue Committee

Intersos

Lutheran World Federation

Norwegian Refugee Council

Première Urgence Internationale

Solidarités International