Перейти к основному содержанию

L'Équipe Europe et la Fondation Bill & Melinda Gates octroient une enveloppe supplémentaire de plus de 100 millions d'euros aux autorités africaines de réglementation des médicaments avant le sommet UE-UA

Страны
Мир
+ 7
Источники
Gates Foundation
+ 1
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Soutenant sans réserve les travaux de l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD) visant à renforcer les autorités de réglementation des médicaments et à améliorer la sécurité sanitaire sur le continent africain, l'Union européenne (UE) - y compris la Commission européenne, l'Agence européenne des médicaments (EMA) ainsi que la Belgique, la France et l'Allemagne - et la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) mobiliseront plus de 100 millions d'euros au cours des cinq prochaines années pour soutenir l'Agence africaine du médicament (AMA), mise en place récemment, et d'autres initiatives africaines de réglementation des médicaments aux niveaux régional et national. Ce financement, octroyé en vue de renforcer les capacités de réglementation, améliorera la sécurité sanitaire en Afrique, notamment en développant la fabrication locale de médicaments, de vaccins et d'autres ressources sanitaires de qualité, sûrs, efficaces et abordables.

Les engagements annoncés ce jour étaieront les premières mesures prises à l'échelon du continent par l'Agence africaine du médicament et permettront de continuer à renforcer les capacités des autorités africaines de réglementation des médicaments aux niveaux régional et national. Ce financement vise à encourager la collaboration et le partage d'expertise technique entre l'EMA et l'AMA et à aider plusieurs autorités nationales de réglementation africaines à satisfaire aux exigences minimales de l'OMS concernant une surveillance réglementaire efficace de la production locale de vaccins de qualité.

La coopération avec l'Union africaine et les organisations nationales et régionales en vue de renforcer les autorités africaines de réglementation des médicaments constitue un pilier essentiel de l'initiative de l'Équipe Europe relative à la fabrication locale et à l'accès aux vaccins, aux médicaments et aux technologies de la santé en Afrique (MAV+). Dans ce contexte, l'Union européenne soutiendra l'AMA grâce à un train de mesures complet destinées à renforcer ses capacités ainsi qu'à des initiatives régionales et nationales pour consolider les capacités réglementaires dans des pays comme le Rwanda, l'Afrique du Sud, le Ghana et le Sénégal, avec l'aide de la France, de l'Allemagne et de la Belgique.

La Fondation Bill & Melinda Gates apportera également un financement à l'AMA, aux communautés économiques régionales (CER) et à certaines ARN ainsi qu'à divers partenaires techniques. Ces engagements favoriseront l'amélioration du cadre réglementaire des médicaments en Afrique en promouvant les pratiques d'utilisation, la mise en commun de l'expertise scientifique ainsi que des processus plus efficients et plus efficaces.

Cette annonce intervient juste avant le sixième sommet UE-UA. À cette occasion, l'Union européenne et l'Union africaine évoqueront notamment les efforts déployés conjointement pour atténuer les conséquences de la COVID-19 sur la santé publique et fournir de meilleurs soins de santé à l'avenir ainsi que le renforcement du partenariat pour améliorer la préparation et la réaction en matière de santé.

Le Dr Ibrahim Assane Mayaki, directeur général de l'AUDA-NEPAD, a fait la déclaration suivante: « L'Afrique a franchi une étape importante en créant l'Agence africaine du médicament, organisme continental qui coopérera avec les CER et les États membres pour renforcer le cadre réglementaire des produits médicaux. Cette mesure est opportune compte tenu de la nécessité urgente, pour le continent, de répondre à la demande de produits médicaux de qualité, sûrs et efficaces pour sa population. Les enseignements tirés de la pandémie de COVID-19 ont montré que le continent ne peut assurer sa sécurité sanitaire que s'il est en mesure de fabriquer 60 % de la demande totale de vaccins en Afrique d'ici à 2040. Nous nous réjouissons à la perspective de nouer un partenariat avec l'UE, la France, l'Allemagne, la Belgique, la BMGF et d'autres acteurs pour faire progresser le souhait exprimé à l'échelle de notre continent. »

Mme Jutta Urpilainen, commissaire européenne aux partenariats internationaux, a déclaré pour sa part: « La Commission européenne est fière d'aider l'Afrique à faire progresser ses aspirations en matière de sécurité sanitaire et d'autosuffisance pharmaceutique à l'échelon du continent. En tant que partenaire clé, l'Agence africaine du médicament jouera un rôle central dans la protection et la promotion de la santé publique en Afrique, en garantissant la sécurité, l'efficacité et la qualité des vaccins et médicaments fabriqués localement. »

Mme Stella Kyriakides, commissaire européenne chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, s'est exprimée en ces termes: « La coopération et la solidarité mondiales sont les principes sur lesquels nous devrions fonder le cadre sanitaire mondial au-delà de la COVID-19. Nous savons que nous ne vaincrons pas la COVID-19 sans cela. Le renforcement des systèmes de santé et des capacités d'immunisation du continent africain est au cœur de nos travaux. L'Agence européenne des médicaments, en tant qu'autorité de réglementation de renommée mondiale, en partenariat avec les autorités africaines de réglementation des médicaments, œuvre en faveur de l'avenir. »

Mme Melinda French Gates, coprésidente de la fondation Bill & Melinda Gates, a fait la déclaration suivante: « Chacun mérite d'avoir accès à des vaccins et à des traitements médicaux et doit avoir l'assurance qu'ils sont sûrs et efficaces. Cette mesure importante permettra d'accélérer l'accès équitable à des innovations de qualité en matière de santé, vitales pour les personnes qui en ont le plus besoin. »

Mme Emer Cooke, directrice exécutive de l'Agence européenne des médicaments, a déclaré ce qui suit: « La création de l'Agence africaine du médicament (AMA) est vraiment une étape majeure dans la transition du continent vers un système de réglementation renforcé. Le soutien annoncé par la Commission européenne permettra à l'Agence européenne des médicaments et au réseau des autorités nationales de réglementation européennes de renforcer leur engagement et de soutenir nos homologues en Afrique au fur et à mesure que l'AMA prend forme. Grâce à notre expertise de plus de 25 ans en faveur du réseau européen de réglementation des médicaments, nous nous réjouissons de pouvoir contribuer aux efforts déployés aux niveaux national, régional et continental pour promouvoir la santé en Afrique. »

Mme Meryame Kitir, ministre belge de la coopération au développement et de la politique des grandes villes, s'est exprimée dans les termes suivants: « Conjointement avec l'Équipe Europe, la Belgique coopère avec ses partenaires du Sénégal et du Rwanda, y compris avec leurs autorités de réglementation, en vue d'édifier un cadre réglementaire solide et fiable permettant notamment une surveillance de la fabrication de vaccins. Nous encourageons ainsi la coordination, l'harmonisation et la confiance mutuelle entre les autorités de réglementation et nous saluons à cet égard les dirigeants de l'Union africaine, la Commission de l'UE, la CACM et l'Agence africaine du médicament. Un pas important vient d'être franchi en vue de faciliter l'équité structurelle dans l'accès à des produits de santé de qualité. »

Mme Stéphanie Seydoux, ambassadrice française en charge des questions de santé mondiale, a fait la déclaration suivante: « Conjointement avec l'Équipe Europe, la France soutient le renforcement des agences africaines de réglementation et, ce faisant, soutient la souveraineté sanitaire et le développement de la fabrication locale de vaccins, de traitements et d'autres produits dans le domaine de la santé. La France a déjà alloué 7,5 millions d'euros au renforcement des agences de réglementation entre 2022 et 2025, plus particulièrement en Afrique occidentale et centrale. »

Mme Svenja Schulze, ministre fédérale allemande de la coopération économique et du développement, a déclaré pour sa part: « Les autorités de réglementation jouent un rôle clé dans la production et l'achat de vaccins. Elles garantissent que les vaccins sont sûrs et efficaces. Cela est essentiel pour que les citoyens aient confiance dans la campagne de vaccination contre la COVID-19, qui s'accélère enfin en Afrique. Je me réjouis du fait que, dans le cadre de l'Équipe Europe, nous soyons en mesure de soutenir cette initiative importante, en particulier en Afrique du Sud et au Ghana, nos partenaires. »

Contacts presse

Ana PISONERO-HERNANDEZ
Téléphone +32 2 295 43 20
Adresse électronique ana.pisonero-hernandez@ec.europa.eu

Gesine KNOLLE
Téléphone +32 2 295 43 23
Adresse électronique gesine.knolle@ec.europa.eu

IP/22/993