Aller au contenu principal

Mali Plan de Réponse Humanitaire Janvier à décembre 2022 | Janvier 2022

Pays
Mali
+ 2
Sources
OCHA
Date de publication
Origine
Voir l'original

L’ampleur de la crise en 2021 s’est accentuée avec l’expansion de la violence et de l’insécurité dans tout le nord et le centre, et vers le sud du pays. Dans ce contexte de sous-investissements, de pauvreté chronique, de crise sociopolitique, les conflits, l’insécurité multiforme et les aléas climatiques (inondations et sécheresses) couplées aux conséquences socioéconomiques de la COVID-19, constituent les principaux déterminants de la crise humanitaire. La juxtaposition de ces aléas menace la vie, accentue les vulnérabilités préexistantes, fragilise les moyens d’existence des ménages affectés et amenuise leur capacité de résilience. De surcroit, les récurrentes contraintes d’accès humanitaire éloignent bon nombre de personnes des services sociaux de base vitaux, les poussant parfois à recourir à des stratégies de survie ou d’adaptation négatives. Pour la première fois depuis le début de la crise multidimensionnelle, le cadre harmonisé (CH) de novembre 2021 annonce près de 2 millions de personnes (22 % de la population) en situation d’insécurité alimentaire aiguë pendant la période de soudure de juin- août 2022. Cette crise alimentaire résultant de l’insécurité, des conflits intercommunautaires, de la perturbation des activités socioéconomiques et de l’insuffisance pluviométrique avec une dégradation des moyens d’existence. Le nombre de personnes déplacées internes (PDI) a atteint en septembre 2021 un chiffre record de 401 850, soit cinq fois plus qu’en septembre 2018 avec 77 046. Comme résultante de ce contexte, la crise affecte près de 12,9 millions de personnes (contre 11,7 millions en 2021) parmi lesquelles plus de 7,5 millions (52% de femmes, 56 % d’enfants, 3% de personnes âgées et 15% de personnes en situation de handicap) ont besoin d’assistance humanitaire comparé à 5,9 millions en 2021. Les besoins prioritaires relèvent de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’accès aux soins de santé, à l’eau hygiène et assainissement, aux abris et à des biens non alimentaires, à une éducation d’urgence et à des services holistiques de protection. Près d’une personne sur cinq a besoin d’une ou plusieurs formes d’assistance. Si ces besoins ne sont pas adressés en 2022, l’on peut s’attendre à des conséquences tragiques telles que les risques de malnutrition et d’exploitation affectant les plus vulnérables.

En termes de géographie, les personnes dans le besoin se trouvent à Mopti (1,6 M), Ségou (1,2 M), Koulikoro (1M), Sikasso (909k), Kayes (829k), Bamako (644k), Tombouctou (633 K), Gao (587k), Kidal (71k). Les besoins sont quant à eux repartis entre les clusters comme suit : santé (4,3 M), (EHA) (3,7M), sécurité alimentaire (3,6 M), nutrition (3,4 M), protection (3M), éducation (2,9M), (BNA), (2,1M), réponses d’urgence aux réfugiés (110 K). Tenant compte des besoins critiques des populations, de la capacité opérationnelle et de la complémentarité des interventions avec les actions de développement, les partenaires humanitaires ciblent 5,3 M de personnes en 2022 à travers 170 projets requérant un budget global de 686 M de dollars. Ces projets soumis par 61 partenaires couvrent toutes les régions et certains comportent une dimension intersectorielle et multisectorielle. Cela permettra de fournir une réponse holistique aux besoins variés des groupes et sous-groupes prioritaires dans les différentes zones affectées par la crise. Les différentes interventions proposées sont conformes aux thématiques transversales indispensables à savoir (la protection transversale, la redevabilité, le genre, la prévention et la réponse aux abus et exploitations sexuelles, la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), l’âge, le handicap, le nexus et les transferts monétaires) sont guidées par quatre objectifs stratégiques :

Objectif stratégique 1 : Sauver et préserver la vie et la dignité d’au moins 80% des populations vulnérables affectées par une crise humanitaire ou par des catastrophes naturelles à travers une assistance multisectorielle en nature et monétaire adressant leurs besoins vitaux, de survie y compris le suivi de protection dans les cercles prioritaires des régions nord, centre, sud et ouest d’ici fin 2022.

Objectif stratégique 2 : Permettre à au moins 80% des populations hôtes, PDI, retournés, rapatriés, migrants et autres groupes vulnérables des zones affectées par la crise au centre, nord, sud et ouest du Mali d’avoir accès à des services sociaux de base de qualité d’ici fin 2022.

Objectif stratégique 3 : Permettre une approche holistique de protection transversale, intégrée ou spécialisée, fondée sur les Droits de l’Homme à au moins 80% des personnes affectées pour l’ensemble de l’intervention en veillant à ce que la protection soit au cœur de l’action humanitaire d’ici fin 2022.

Objectif stratégique 4 : Renforcer les capacités de résilience d’au moins 80% des personnes dans au moins 75% des régions à faire face à des chocs, diminuer les vulnérabilités et améliorer les stratégies de subsistance et la préparation aux catastrophes d’ici fin 2022.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.