Skip to main content

Burkina Faso : Rapport mensuel de monitoring de protection - Région de l'Est (decembre 2021)

Countries
Burkina Faso
Sources
INTERSOS
+ 1 more
Publication date
Origin
View original

Résumés

La situation sécuritaire et de protection de la région de l’Est au cours du mois de décembre 2021 a été marquée par une dégradation continue. Elle est caractérisée par une présence active des Groupes Armés Non Etatiques (GANE) dans toutes les 05 provinces que sont la Tapoa, le Gourma, la Komondjari, la Kompienga et la Gnagna avec l’avènement de 20 incidents de protection contre 28 au cours du mois antérieur.
Ces 20 incidents sont repartis en 05 typologies de violations comme suit : 4 cas de violation du droit à la vie, 9 cas portant atteinte au droit à la liberté et à la sécurité des personnes, 4 cas de violation du droit à la propriété, 2 cas de violence psychologique et 1 cas de violence physique. Contrairement au mois antérieur où les Groupes Armés Non Etatiques (GANE) et certains membres de la communauté étaient les auteurs des violations ; au cours de ce novembre, les Groupes Armés Non Etatiques (GANE) seraient les seuls auteurs des violations et exactions commises contre les civils au sein des communautés. Des incidents, il résulte 2647 victimes dont 724 Hommes, 960 femmes 963 enfants avec une augmentation de 250% par rapport au mois antérieur soit 1427 victimes. La croissance en chiffres des victimes résulterait de la présence et des exactions des GANE dans les zones qui semblaient connaitre une accalmie depuis plus d’un mois. C’est le cas des communes de Yamba, de Tambaga et de Diapaga qui ont toutes été concernées par des exactions perpétrées par des GANE au cours de ce mois. Dans le cadre de la lutte contre l’extrémisme violent, la liberté de mouvement des personnes est régie par un couvre-feu qui a été prorogé du 28 décembre 2021 au 22 février 2022 sur toute l’étendue de la région soit de 00hà 4h00 dans le chef-lieu de la région et 22h00 à 4h00 dans les autres localités de la région.
Il a également été enregistré des Affrontements d’une part entre les GANE et les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et d’autre part entre les GANE et les Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP)
Au regard de la persistance des violations contre les civils, l’environnement de protection devient de plus en plus fragile avec une recrudescence des besoins au sein des communautés d’accueil en abris, en alimentation, en soins de santé, en eau hygiène et Assainissement. Cette situation résulte de l’augmentation constante des personnes déplacées internes (PDI) dans les chefs-lieux des provinces qui demeurent les principales zones d’accueil en raison de leur situation sécuritaire un peu plus stable. Aussi, certaines communautés vivant dans le désarroi ne savant à quel saint se vouer avec l’accaparement de certaines zones par les GANE qui désormais dictent leur loi et effectuent des contrôles irréguliers sur les axes.