Skip to main content

Suivi sur les Impacts de la COVID-19 en Afrique de l’Ouest, août 2021

Countries
Benin
+ 14 more
Sources
ECOWAS
+ 2 more
Publication date

Préface

Le présent rapport a été élaboré par la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), à travers son Bureau Sous-régional pour l’Afrique de l’Ouest et le Programme Alimentaire Mondial (PAM). Deuxième du genre, ce rapport donne l’occasion de disposer d’éléments d’appréciation, pour les acteurs publiques et privés, des conséquences de la pandémie de la COVID19 sur la vie des ménages en Afrique de l’Ouest en 2021, après l’évaluation faite en 2020.

Dès le début de la crise sanitaire dans la sous-région en février 2020, les Etats membres de la CEDEAO et les Institutions sous-régionales n’ont ménagé aucun effort pour faire face à ses conséquences humanitaire, sociale, financières et économiques, exacerbées entre autres par les mesures restrictives mises en place pour contenir la progression de la pandémie. Depuis le troisième trimestre 2020, la situation globale de l’Afrique de l’Ouest s’améliore sur les plans sanitaire, social et économique, même si les évolutions sont encore contrastées au niveau des Etats. Comme en témoignent les données sur la situation de la pandémie, il est observé une amélioration du taux de guérison, un ralentissement du rythme de progression des cas confirmés ainsi qu’une augmentation des doses de vaccins administrés.

Depuis les premiers mois de l’année 2021, la sous-région a amorcé une reprise de l’activité économique en lien notamment avec la levée progressive voire la suspension des mesures restrictives internes. En outre, la conjugaison d’autres facteurs positifs, comme la reprise de la demande mondiale des matières premières et l’accès à la vaccination concourent à cette évolution favorable.

Toutefois, comme présenté dans le rapport, la reprise de l’économie régionale montre toujours des signes de fragilité et reste insuffisante pour permettre aux ménages d’atteindre leur situation nutritionnelle et de bien-être économique d’avant la crise. Le rapport permet de comprendre les causes et l’impact socio-économique global de la pandémie, ses effets sur la vie des ménages et dégage des pistes pour une solution durable aux dommages profonds occasionnés par la crise.

Le rapport met également à juste titre en avant la nécessité d’avoir des économies plus résilientes à travers la diversification de leur base productive et l’approfondissement des réformes structurelles. Les plans de relance économique à moyen et long terme proposés par les Etats et la CEDEAO, pour faire face aux conséquences de la pandémie, s’inscrivent dans ce contexte. Ils privilégient la transformation des économies des Etats membres en vue de mettre un terme à leur forte dépendance vis-à-vis du marché international des matières premières et consolider les systèmes socio-économiques à travers une plus grande diversification et modernisation des économies. Comme le recommande le rapport, de tels plans devront être caractérisés notamment par l’accroissement de l’appui financier à l’économie, surtout aux PME/PMI par une mobilisation plus accrue des ressources internes.

Je me réjouis de la parution de ce rapport au regard de la pertinence des résultats mis en évidence et de la qualité du partenariat entre la Commission de la CEDEAO et des Institutions partenaires, en l’occurrence la CEA et le PAM. Je n’ai aucun doute qu’il recevra un accueil favorable, tant du public que des décideurs et des partenaires au développement.
Les analyses et recommandations qu’il contient pourraient contribuer à éclairer la prise de décision dans le cadre des mesures de soutien aux populations les plus affectées par la crise.

S.E. Jean-Claude Kassi Brou Président de la Commission de la CEDEAO