Перейти к основному содержанию

Burkina Faso : Mise à jour éclair - Déplacements au Centre-Nord, 4 janvier 2022

Страны
Буркина-Фасо
Источники
OCHA
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Déplacements au Centre-Nord

Les nouveaux déplacements continuent d’être signalés dans la région du Centre-Nord, avec plus de 62 000 personnes nouvellement déplacées depuis le 21 novembre 2021, dont environ 11 700 personnes qui ont fui des incidents violents entre 4-20 décembre. En effet, durant la période 4 au 6 décembre 2021, trois incursions successives de Groupe Armé NonEtatique (GANE) ont été relevées dans le village de Gargaboulé, dans la commune de Pobé-Mengao dans la région du Sahel provoquant des déplacements vers différentes localités dans les régions du Nord et du Centre-Nord.
Selon des sources locales, des individus ont d’abord attaqué les positions des Volontaires de la Défense de la Patrie (VDP) le 4 décembre 2021, avant de bruler plusieurs concessions et greniers.
Deux autres incursions successives le 5 et le 6 décembre ont eu pour résultat la destruction de la quasi-totalité des concessions restantes dans le village et ont provoqué le déplacement spontané et préventif des populations de Gargaboulé vers les communes de Rollo (Rollo centre), Bourzanga (village de Namssiguia et Bourzanga centre) et de Ouindigui (village Kobo et village Hitté).
Ces mouvements ont contribué au sentiment d’insécurité dans d’autres villages et des déplacements ont été notés depuis les villages de Kobséré, Kourwéogo, de Ouattinegue (commune de Rollo), des villages de Hitté, de Kobo (commune de Ouidigui) et des villages de Namssiguia, de Zana (commune de Bourzanga) vers le centre-ville de Rollo.
Ailleurs dans la région du Centre-Nord, des incidents d’irruption de GANE dans le village de Zon (commune de Bourzanga, province du Bam) le jour du 4 décembre et, le lendemain dans la même commune, l’ultimatum donné aux habitants de la localité de Felenga de 72 heures pour quitter les lieux sous peines de représailles ont poussé les habitants de ces localités à se déplacer vers les localités de Namssiguia et Bourzanga-centre.
Ensuite, le 10 décembre 2021, l’irruption d’un GANE dans la localité de Zinibeogo (commune de Pensa, province de Sanmatenga) avec aussi un ultimatum à la population de quitter la localité, aurait incité la population à vider la localité pour se réfugier dans les villages de Silmangué et de Barao dans la commune voisine de Bouroum.
Le processus de dénombrement est toujours en cours, mais à ce jour du 23 décembre 2021, plus de 1 620 ménages, soit plus de 11 700 personnes, se sont nouvellement déplacées dans la région du Centre-Nord depuis le 4 décembre 2021 : la commune de Nasséré a accueilli 665 déplacés internes (PDI) (soit 113 ménages), la Commune de Rollo compte 4 214 nouveaux PDI (soit 604 ménages), la commune Bourzanga dénombre 2 000 personnes (soit 320 ménages) et la commune de Bouroum 4 887 nouveaux PDI (soit 601 ménages).

Impact et besoins humanitaires

Les besoins humanitaires résultant des nouveaux déplacements de plus de 11 700 personnes sont multisectoriels. En rappel, la région avait déjà dénombré plus de 50 000 personnes nouvellement déplacées à la date de 8 décembre 2021, à la suite des incidents qui ont eu lieu le 21 novembre à Foubé, puis Dablo (commune de Barsalogho, province de Sanmatenga). Ces nouveaux déplacements impactent à nouveau la situation humanitaire dans la région et dans la province du Bam en particulier, et augmentent la pression dans les communes urbaines de Rollo, Nasséré, Bourzanga. Les nouveaux PDI pour la plupart ont été reçus dans les espaces publics, les familles d’accueil et parfois par des PDI. L’assistance en Abris/AME, sécurité alimentaire, eau, hygiène et assainissement (WASH) et en protection ont été identifiés comme les plus urgents. En outre, une mission de monitoring organisée à Kongoussi et à Bourzanga par l’UNHCR a permis d’identifier des besoins urgents d’assistance médicale et psychologique de certaines PDI qui ont fait face à de nombreux traumatismes psychologiques, le manque de vivres, d’abris mais aussi le manque de protection pour faire face aux intempéries y compris le froid dans cette période d’harmattan.
La situation sécuritaire était particulièrement tendue entre le 13 et 19 décembre dans le Bam. Certaines ONG ont dû mettre en place des restrictions de mouvement pour leurs staffs sur le terrain. Ces restrictions concernent surtout les communes de Zimtanga, Rollo, et Bourzanga. Réponses en cours et prévues

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.