Aller au contenu principal

Niger Perspectives sur la sécurité alimentaire - octobre 2021 à mai 2022

Pays
Niger
Sources
FEWS NET
Date de publication
Origine
Voir l'original

La production agricole est déficitaire du fait des chocs climatiques et sécuritaires

MESSAGES CLÉS

  • Avec une installation tardive, des séquences sèches et d’un arrêt précoce des pluies en plus des chocs sécuritaires, les productions attendues pour les céréales, les cultures de rente et les pâturages seront inférieures à la moyenne. Cela va se traduire par un épuisement précoce en décembre/janvier des stocks céréaliers et des disponibilités fourragères aggravées par l’inaccessibilité dans les zones de conflits et les pertes dues aux feux de brousse.

  • Malgré les récoltes en cours, les approvisionnements sont encore inférieurs à la normale et les prix des produits sont audessus de la moyenne à cause de la baisse des flux et le niveau élevé des couts de transactions. Cela risque de perdurer à cause des faibles disponibilités céréalières nationales et la perturbation persistante des flux consécutive à des baisses de productions agricoles annoncées dans les pays sources.

  • Les foyers des conflits et de l’insécurité sont restés actifs même pendant la saison des pluies, qui est habituellement une période d’accalmie à cause des obstacles naturels. Les conflits et l’insécurité sont en train de s’étendre à de nouvelles zones au long de la frontière avec le Burkina Faso et avec la fin de la saison des pluies, les incidents sécuritaire et leurs victimes vont augmenter et entrainer des déplacements de personnes d’une ampleur plus grande.

  • L’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 IPC) est attendu dans la plupart du pays à la faveur des récoltes de céréales et des cultures de rente renforçant le pourvoir d’achat sauf dans le Nord de la région de Tillabéry et le Nord Tahoua où les résultats de Crise (Phase 3 de l’IPC) prévaudra consécutive au manque de disponibilités alimentaires propres et d’accès à l’assistance alimentaire. Une insécurité alimentaire en Stress (Phase 2 IPC) va dominer dans le pays en févriermai 2022 du fait de l’épuisement des stocks céréaliers et la hausse des prix des produits de consommation. Cette insécurité alimentaire sera en Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) dans les régions de Diffa et Maradi grâce à l’assistance alimentaire et en Crise (Phase 3 de l’IPC) dans les zones de Tillabéry et Tahoua pendant la même période.