Saltar al contenido principal

Haïti : Renforcer l’accès à l’eau et aux soins pour lutter contre le COVID-19

Países
Haití
Fuentes
ACTED
Fecha de publicación
Origen
Ver original

Depuis la première semaine de juin, Haïti fait face à une deuxième vague de COVID- 19 comparable aux débuts de la pandémie. Le pays dispose de peu d’infrastructures sanitaires capables de faire face au virus et compte en moyenne 146 nouveaux cas par jour.

Le 21 juin 2021 le Ministère de la Santé Publique et des Populations faisait état de 17,963 cas confirmés de COVID-19, 2,897 hospitalisations et 400 décès. Haïti compte en moyenne 146 nouveaux cas de COVID-19 par jour.

En lien avec les Directions Sanitaires départementales et avec le soutien de l’UNICEF, ACTED est intervenue auprès de 11 structures de santé dans quatre départements du pays pendant plusieurs mois. Les actions d’ACTED ont permis de renforcer l’accès des populations à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, et ainsi assurer l’accès aux soins durant l’épidémie de COVID-19.

L’accès difficile aux services de santé dans les zones rurales d’Haïti

Depuis près de deux ans, les difficultés liées à l’approvisionnement et au pénuries récurrentes ont eu pour conséquence un affaiblissement de la capacité de réponse des systèmes de santé.

Les structures de santé ont connu de fortes pénuries (en eau, intrants, équipements) pendant les périodes de troubles socio-politiques de « peyi lok » (manifestations, blocages en capitale, dans les villes et sur les routes principales). Les pouvoirs publics manquent de moyens pour entretenir et maintenir les infrastructures de santé du pays.

Selon le Ministère de la Santé Publique et de la Population, 60% de la population haïtienne vit en zone rurale. Pourtant, il est difficile voire impossible pour les structures sanitaires dans ces zones de prendre en charge tous les patients. Cela est dû non seulement à la faible présence des structures sanitaires dans les zones rurales mais aussi à leur incapacité à prendre en charge les patients (manque de matériels et de personnels de la santé). Cette situation a été exacerbée par la crise politique et sécuritaire qui affecte le pays depuis 2018.

Des formations et un accès à l’eau pour renforcer 8 structures sanitaires

Face à l’urgence de la situation et afin d’améliorer les capacités de prise en charge des centres de santé et de limiter la transmission du virus, ACTED est intervenue dans quatre hôpitaux, deux postes frontaliers et deux centres de santé. ACTED a mené des activités entre juin 2020 et mai 2021 dans les départements du Centre, du Sud, du Sud’Est et de la Grand’Anse.

Pour renforcer les capacités des centres de santé ACTED a organisé des formations portant sur les gestes barrière, l’importance et les techniques de lavage de mains ainsi que les particularités du COVID-19 destinées à la population et aux leaders communautaires des zones ciblées.

Pour lutter contre le virus et autres maladies hydriques un accès à une eau sure et potable ainsi qu’a l’assainissement et l’hygiène est indispensable. ACTED a permis d’améliorer l’accès à l’eau grâce à la construction de latrines et toilettes à chasse d’eau, l’équipement en panneaux solaires et l’installation de points de lavage des mains.

Grâce aux réhabilitations, les communautés peuvent compter sur un accès à l’eau amélioré et sur une continuité des soins dans les structures sanitaires concernées par le projet. Les différentes formations et sensibilisations réalisées par ACTED permettront également une prise en charge communautaire et une meilleure capacité de préparation et de réaction en cas d’autres épidémies ou flambées de maladies hydriques.