Skip to main content

Mali Key Message Update : Insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans le Liptako Gourma liée aux difficultés d’accès des ménages pauvres aux vivres, juillet 2021

Countries
Mali
Sources
FEWS NET
Publication date
Origin
View original

Messages clés

  • Les semis pour les cultures se poursuivent et l’évolution de la campagne agricole est moyenne à travers le pays grâce aux pluies normales à excédentaires enregistrées à travers le pays. Selon la Direction Nationale de l’Agriculture, les prévisions de production de céréales sont en hausse de 18,5 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale, grâce aux appuis en intrants agricoles du Gouvernement et des partenaires et les perspectives de pluie normales à excédentaires attendues.

  • La reconstitution des pâturages et des points d’eau grâce à l’installation des pluies a atténué la soudure pastorale à travers le pays et relancé la transhumance du bétail, toutefois perturbée par endroits par l’insécurité. La reprise des productions animales améliorera l’alimentation et le revenu des ménages éleveurs. La situation épizootique est calme et la campagne de vaccination se poursuit avec l’appui des partenaires comme le CICR et la FAO.

  • L’approvisionnement des marchés en céréales reste moyen à travers le pays avec toutefois des perturbations sur certains marchés des zones d’insécurité du centre et du nord. Les prix des céréales globalement similaires à supérieurs à la moyenne quinquennale limitent l’accès aux vivres des ménages pauvres des zones d’insécurité et des centres urbains qui connaissent des baisses de revenus.

  • L’insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) en cours se poursuivra jusqu’en septembre pour les ménages pauvres du Liptako Gourma. Il en sera de même pour les ménages déplacés à cause de leur incapacité à satisfaire leurs besoins alimentaires sans recourir aux stratégies d’adaptation négatives. Les assistances humanitaires en vivres et en non-vivres du Gouvernement et des partenaires en cours limiteront le recours aux stratégies d’adaptation négatives dans les zones bénéficiaires.