Saltar al contenido principal

Changement climatique : pour que l'on puisse atteindre l’objectif de 1.5 °C, le G20 doit s’engager sans ambiguïté (ONU)

Países
Mundo
Fuentes
UN News
Fecha de publicación
Origen
Ver original

« Le monde a besoin de toute urgence d'un engagement clair et sans ambiguïté de la part de toutes les nations du G20 en faveur de l'objectif de 1,5 degré de l'Accord de Paris », a déclaré dimanche le Secrétaire général des Nations Unies, après que les ministres de l'Énergie et de l'Environnement des pays du Groupe, réunis à Naples, en Italie, se soient quittés vendredi sans s'accorder sur les principaux engagements en matière de changement climatique.

« Il n'y a pas de chemin vers cet objectif sans le leadership du G20. Ce signal est désespérément nécessaire pour les milliards de personnes qui se trouvent déjà en première ligne de la crise climatique, ainsi que pour les marchés, les investisseurs et l'industrie, qui ont besoin d'avoir la certitude qu'un avenir à climat zéro est inévitable », a insisté António Guterres dans un communiqué.

Le chef de l'ONU a rappelé que la science indique que, pour atteindre cet objectif « ambitieux, mais réalisable », le monde doit parvenir à la neutralité carbone avant 2050 et réduire les émissions dangereuses de gaz à effet de serre de 45 % d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010.

Il a toutefois averti que « nous sommes loin du compte ».

Le monde a besoin que le G20 tienne ses promesses

À moins de 100 jours de la COP 26 de la Conférence des Nations Unies sur le climat de 2021, une réunion charnière qui se tiendra à Glasgow à la fin du mois d'octobre, M. Guterres a exhorté tous les dirigeants du G20 et d'autres pays à s'engager en faveur de l'objectif « zéro émission nette » d'ici 2050, à présenter des plans climatiques nationaux plus ambitieux pour 2030 et à mettre en œuvre des politiques et des actions concrètes en faveur d'un avenir « zéro émission nette ».

Il s'agit notamment de ne plus produire de charbon après 2021, de supprimer progressivement les subventions aux combustibles fossiles et de convenir d'un plancher international minimum pour la tarification du carbone, comme le propose le Fonds monétaire international (FMI).

« Le G7 et les autres pays développés doivent également mettre en place un ensemble de mesures de solidarité crédibles en faveur des pays en développement, notamment en atteignant l'objectif de 100 milliards de dollars », a-t-il souligné, prônant l'augmentation du soutien du financement de l'adaptation et de la résilience face au changement climatique à au moins 50 %, ainsi que l'alignement significatif des « portefeuilles climatiques » des banques de développement publiques et multilatérales pour répondre aux besoins des pays en développement.

Le chef des Nations Unies a indiqué qu'il entendait profiter de la prochaine session de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies pour réunir les dirigeants afin de parvenir à un accord politique sur ces éléments essentiels du « package » nécessaire à Glasgow.

Un revers pour Glasgow

Les ministres du G20, qui se sont réunis à Naples, en Italie, du 23 au 25 juillet, n'ont pas pu s'entendre sur un langage commun concernant deux questions litigieuses liées à l'élimination progressive du charbon et à l'objectif de 1,5 degré, qui devront maintenant être discutées lors du sommet du G20 à Rome en octobre, un jour seulement avant le début de la COP 26.