Saltar al contenido principal

Points forts du projet: Assistance et production alimentaire et amélioration de la résilience des victimes des conflits armés et intercommunautaires du Grand Kasaï (15/12/2017–14/12/2019)

Países
RD del Congo
Fuentes
FAO
Fecha de publicación
Origen
Ver original

Objectif: Renforcer les moyens d’existence et améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations les plus touchées par la crise et les déplacements.

Partenaires: Le Ministère de l’agriculture, l’Inspection provinciale de l’agriculture, pêche et élevage (IPAPEL), le Bureau central de la zone de santé (BCZS), le Service national des semences et des organisations non gouvernementales (ONG).

Bénéficiaires: 17 393 ménages.

Activités réalisées:

  • Identification des bénéficiaires, ciblage des zones et sélection des partenaires opérationnels.

  • Organisation de sept ateliers réunissant 280 personnes pour sensibiliser les autorités politicoadministratives et coutumières, les acteurs et délégués communautaires, les agents de l’IPAPEL sur le terrain, les agents du BCZS, les ONG partenaires et les acteurs de la société civile sur la mise en œuvre du projet.

  • Distribution de 415 kg de semences maraîchères et de 44 750 outils (arrosoirs, bêches, brouettes, houes et râteaux,) à 8 950 ménages pour produire en urgence des aliments riches en nutriments.

  • Organisation de six foires aux semences ayant bénéficié à 4 350 ménages qui ont chacun reçu un coupon d’une valeur de 60 USD pour acheter 15 kg de semences de maïs et 10 kg de semences de niébé; en complément des semences, chaque ménage a reçu deux houes.

  • Organisation de six ateliers et formation de 360 encadreurs et délégués des partenaires et des agents de l’IPAPEL sur les techniques de semis qui à leur tour ont formé les ménages bénéficiaires dans les zones du projet.

  • Distribution de 11 tonnes de semences de maïs et de niébé à 600 agri-multiplicateurs.

  • Distribution de 80 noyaux d’élevage (un bouc et deux chèvres par organisation) à 32 organisations paysannes.

  • Distribution de 900 géniteurs de petits ruminants (cobaye et lapins) à 1 100 ménages, formation des bénéficiaires aux techniques d’élevage et participation à la construction des abris destinés aux unités d’élevage.

  • Mise en place de 63 associations villageoises d’épargne et de crédit ([AVEC], représentant 1 593 ménages) afin d’initier des activités génératrices de revenus.

  • Formation de 159 personnes, dont 58 pour cent de femmes, et mobilisation d’un cycle de crédit de 151 886 USD à travers les AVEC.

  • Formation du personnel de deux radios communautaires, une à Tshikapa (Kasaï) et une à Kananga (Kasaï Central), aux techniques de journalisme pour améliorer la qualité des émissions de radio et d’information, aux techniques de production d’émissions de radio, etc.; et fourniture d’équipements de haute fréquence, d’un émetteur et d’équipements de régies, ainsi que d’équipements solaires.

  • Réalisation de trois ateliers de formation sur l’utilisation et la production de bambou avec la participation de 90 personnes.

  • Mise en place de trois pépinières de 25 000 plantules chacune pour la restauration de 24 ha de terres dégradées et marginalisées dans les villes de Kikwit, Tshikapa et Kananga.

  • Réalisation de séances de sensibilisation sur la culture du bambou dans le cadre de la lutte antiérosive et l’écoulement des terres arables.

Résultats:

  • Production de 1 048 tonnes d’aliments soit 117 kg par ménage grâce à la distribution des semences maraîchères et des outils aratoires.

  • Emblavement de 168 ha de champs et production de 913,5 tonnes d’aliments grâce à la distribution des kits vivriers à travers les foires aux semences.

  • Production de 250 tonnes de semences pour la saison agricole principale.

  • Renforcement de la disponibilité en protéines animales.

  • Renforcement des capacités des deux radios communautaires et promotion de la cohésion sociale.

  • Préservation de l’environnement à travers la promotion de la culture du bambou afin de permettre aux communautés locales et aux déplacés de disposer en un temps assez court de matériaux pour la construction des maisons et de la matière première pour la fabrication de la braise à usage domestique.