Aller au contenu principal

Adaptation et effectif autorisé de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali - Rapport du Secrétaire général (S/2021/657)

Pays
Mali
Sources
UN SC
Date de publication
Origine
Voir l'original

I. Introduction

  1. Dans sa résolution 2584 (2021), le Conseil de sécurité a prié le Secrétaire général, devant le niveau croissant d’insécurité et de violence physique qui sévissait à l’encontre des populations civiles dans le centre du Mali, de présenter, le 15 juillet 2021 au plus tard, un rapport sur l’état d’avancement de la mise en œuvre du plan d’adaptation de la force et de formuler des recommandations sur le niveau des effectifs et l’effectif maximum du personnel en tenue de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), en indiquant les hypothèses retenues et les coûts estimés, en proposant des phases de déploiement et en fournissant une description détaillée et un calendrier pour les nouveaux travaux d’infrastructure nécessaires, des informations sur la manière dont cette mesure étendrait les capacités opérationnelles de la MINUSMA et accompagnerait une stratégie dirigée par le Gouvernement pour le centre, et exprimé son intention d’examiner le niveau des effectifs de la Mission à partir de cette proposition.

II. Adaptation de la Mission

  1. Le plan d’adaptation de la force de la MINUSMA vise à permettre à celle-ci d’atteindre les objectifs stratégiques fixés dans son mandat, en particulier le deuxième objectif concernant le centre du Mali. Conformément à la résolution 2518 (2020) dans laquelle le Conseil de sécurité a souligné l’importance de disposer de capacités médicales adéquates et d’autres capacités essentielles pour que les opérations de maintien de la paix restent, dans l’exécution de leur mandat, souples et efficaces et pour renforcer la sûreté et la sécurité du personnel et mieux protéger la mission, la Mission a redoublé d’efforts en vue de s’adapter à l’évolution des menaces et à leur haut degré de complexité et afin de devenir plus agile, plus mobile et plus souple, grâce à des unités plus spécialisées et des capacités renforcées. Les efforts se poursuivent dans le cadre du plan d’adaptation pour renforcer la mobilité et la flexibilité afin de répondre aux besoins urgents et toujours plus importants en matière de protection des civils. L’équipe spéciale mobile est maintenant opérationnelle et accroît la cadence de ses opérations. Malgré certaines difficultés liées aux restrictions imposées pendant la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19) et à la crise politique au Mali, l’acquisition et la construction d’infrastructures essentielles à l’adaptation de la Mission seront achevées au début de 2022, ce qui renforcera encore le dynamisme de la MINUSMA et élargira son rayon d’action dans le centre du Mali.

  2. Toutefois, des lacunes importantes subsistent en ce qui concerne les besoins en capacités facilitatrices, principalement en moyens aériens et médicaux, qui sont essentiels pour garantir une plus grande capacité de déploiement des troupes et renforcer la sûreté et la sécurité des soldats de la paix. La capacité de la MINUSMA à s’acquitter efficacement des priorités de son mandat est plus généralement limitée par le manque de moyens suivants : des unités d’hélicoptères de transport moyen, des unités d’hélicoptères armés et d’hélicoptères d’attaque, des équipes chirurgicales mobiles, une force d’intervention rapide, un dispositif de renseignement, de surveillance et de reconnaissance à voilure fixe et un système de drone aérien. Certaines capacités médicales, des hélicoptères et des avions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance devraient être déployées d’ici au début de 2022. Un hôpital de niveau II est en cours d’implantation à Mopti, une unité d’hélicoptères armés et une unité d’hélicoptères de transport moyen et une équipe d’évacuation sanitaire aérienne intégrée seront bientôt déployées au début de 2022, ce qui augmentera considérablement la capacité de la Mission à anticiper les menaces ciblant les civils et à y répondre, ainsi que sa capacité à fournir un soutien médical stable aux soldats de la paix. Le fait que le personnel des trois unités susmentionnées qui seront prochainement déployées provienne du même pays fournisseur de contingents devrait être synonyme d’une meilleure interopérabilité et de gains d’efficacité, notamment en ce qui concerne les délais d’évacuation sanitaire primaire des blessés. Cependant, le Secrétariat attend toujours des annonces de contribution pour des unités d’hélicoptères d’attaque et d’hélicoptères armés en vue de répondre aux besoins de la Mission dans le nord du Mali. Face à des conditions de sécurité de plus en plus difficiles, il est urgent de déployer des moyens aériens supplémentaires pour permettre à la Mission de s’acquitter de son mandat. J’appelle une fois de plus les États Membres à appuyer le plan d’adaptation lorsqu’ils examineront les contributions et le budget de la Mission, conformément aux engagements qu’ils ont pris dans le cadre de l’Action pour le maintien de la paix, ainsi que dans l’esprit des dispositions de la résolution 2518 (2020) relatives à la sûreté et à la sécurité des soldats de la paix.