Saltar al contenido principal

Une délégation des pays donateurs du Fonds fiduciaire de la MINUSMA en visite à Gao

Países
Malí
+ 12
Fuentes
MINUSMA
Fecha de publicación
Origen
Ver original

La Directrice de la Section Stabilisation et Relèvement, Mme Loubna BENHAYOUNE, s’est rendue à Gao, le 15 juin dernier, accompagnée des représentants des pays donateurs du Fonds Fiduciaire des Nations Unies pour la Paix et la Sécurité au Mali. A travers le Fonds Fiduciaire de la MINUSMA, ces pays soutiennent le Mali pour consolider la paix en œuvrant dans des domaines comme la sécurité, l’accès à la santé, ou encore à la justice. L’objectif de la visite était de constater la concrétisation de différents projets financés par leurs pays respectifs. Des échanges avec les autorités administratives et militaires, des visites de projets ainsi que des entretiens avec les responsables du bureau régional de la MINUSMA étaient au programme de la visite.

À Gao, au Super Camp de la MINUSMA, la délégation, composée de l’Ambassadeur de la Norvège, des représentants des ambassades de l’Allemagne, du Danemark et des Pays-Bas, s’est entretenue avec le Chef de bureau de la Mission onusienne. Mohamed El-Amine SOUEF a fait un exposé sur des projets qui font la fierté des interventions, l’état des lieux des besoins prioritaires de la région pour finir par un plaidoyer fort auprès de la délégation afin de soutenir et accompagner les projets prioritaires de la région de Gao. « Certes, beaucoup de choses ont été faites, mais les besoins restent énormes et urgents dans le domaine de la sécurité, de l’eau, du retour de l’Etat, de la relance économique, du soutien des femmes, la gouvernance locale et les élections prochaines, l’accord de paix… » a-t-il déclaré.

Ensuite la délégation s’est rendue au Gouvernorat de Gao pour y rencontrer le Chef de l’Exécutif régional, le General Moussa Traore. Tour à tour, après les mots d’introduction, les membres de la délégation ont exposé leurs différents agendas de la visite à Gao. L’occasion était propice pour les diplomates de s’entretenir avec les autorités administratives et militaires sur les défis auxquels la région de Gao fait face. Il s’agissait également d’envisager les soutiens nécessaires afin de répondre à ces défis.

Le Chef de l’Exécutif, en réponse à ses hôtes, leur a tout d’abord souhaité la bienvenue dans la Cité des Askia, avant d’enchainer avec un exposé succinct sur la situation sécuritaire et socioéconomique de sa région. Il a ensuite décrit les besoins prioritaires de la région qui sont la sécurité, l’accès à l’eau, le retour effectif des autorités, la réouverture des classes, la santé, le soutien aux élections prochaines. Aux yeux du Gouverneur, « cette visite prouve que les préoccupations des populations trouvent un écho favorable auprès des partenaires que sont la Norvège, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et la MINUSMA surtout ». Le Gouverneur a tenu à remercier chaque membre de la délégation pour l’intérêt qu’ils portent à la région et les a assurés de sa disponibilité à tout moment, au grand bénéfice des populations de Gao.

Une collaboration fructueuse passée en revue

Cette satisfaction provient de la mise en œuvre de plusieurs projets notamment du Fonds Fiduciaire dont l’impact est perceptible. Afin de recueillir les témoignages de la population bénéficiant de ces projets, la délégation s’est rendue au Quartier Aljanabandja dans la ville de Gao et a pu visiter certains projets mis en place dans ce quartier. Le premier d’entre eux est financé par la Norvège à de plus de 662 millions de francs CFA, il a permis l’électrification des rues par l’installation de 250 lampadaires solaires (ce projet comprend également l’installation de 70 lampadaires à Tombouctou) et l’établissement de feux de circulation à huit carrefours de la ville de Gao, selon les normes nationales prescrites prévues en vue de réduire de façon substantielle le taux de banditisme/criminalité (vols, viols, agressions et autres) et des accidents de la circulation. Ce projet a également pour objectif de contribuer à la relance en toute sécurité des activités socio- économiques culturelles lucratives sous la lumière des lampadaires (vente des fruits et légumes, le commerce étalagiste et la restauration, l’artisanat, la soudure, la coiffure, l’apprentissage, les soirées culturelles, etc.).

Le second projet, d’une valeur de plus de 465 millions de francs CFA, a permis la construction d’un collecteur d’eau dans la ville de Gao au quartier Château dans sa Phase I, et un autre collecteur à Aljanabandja, au 4eme quartier de Gao dans sa Phase II et un dernier à Sosso-koïra, dans sa Phase III, phase qui est actuellement en cours. Financé grâce à la contribution du Royaume du Danemark et mis en œuvre par l’ONG AADIS-Mali et le PNUD, ce projet a permis, en construisant environ 2300 m de collecteurs et en curant près 3700 m de caniveaux en deux phases de projet à la demande des bénéficiaires, de créer plus de 2.800 emplois temporaires. Il vise à contribuer à la stabilisation et à la réconciliation nationale à travers la lutte contre les inondations dans la ville de Gao et l’amélioration des conditions de vie, de bien-être et de santé des habitants des quartiers les plus déshérités. Faut-il le rappeler, c’est au cours du lancement des travaux de réalisation du projet Collecteur Phase II, que les plus Hautes autorités de la ville de Gao ont baptisé la rue 600 abritant le collecteur en « Rue de la MINUSMA » en guise de reconnaissance.

Le leader des jeunes, Yacouba TOURE, prenant la parole, a décrit l’impact des deux projets et du projet en cours pour le quartier et vivement remercié la MINUSMA et ses partenaires pour leur soutien inestimable. A la question des nouveaux besoins demandés par la délégation, les habitants ont exprimé le problème de chômage des jeunes et comme solution la création d’emploi par l’entreprenariat jeune et les Activités Génératrices de Revenus (AGR) et, le problème de salubrité du quartier dans certains endroits. Après l’écoute et les réponses d’espoir des visiteurs, ce fut la visite du Collecteur et de quelques lampadaires de la Rue MINUSMA.

La délégation a pu observer l’implication effective des bénéficiaires dans le processus de paix, à travers leur participation aux différentes activités mis en place par la MINUSMA et les agences des Nations Unies.

Riches échanges avec les femmes de Gao et les autorités militaires de la région

La délégation s’est également rendue à l’aéroport où elle a poursuivi certains échanges notamment avec les femmes leaders de la ville de Gao. La Directrice de la Stabilisation et Relèvement, Loubna BENHAYOUNE, a salué et remercié les femmes pour leur déplacement. Elle a ensuite présenté l’objet de la rencontre demandée par les donateurs du Fonds fiduciaire.

Les femmes leaders, une dizaine de sédentaires, nomades et personnes déplaces internes, à bâton rompu ont égrainé les problèmes auxquels elles sont confrontées, les défis et les besoins au moment. Il ressort des échanges que le besoin sécuritaire est la priorité pour elles, avant l’accès à l’eau potable et enfin les activités économiques pour leur autonomisation.

L’Ambassadeur de Norvège Brynildsen Vegar SUNDSBO en son nom et au nom de la délégation a remercié les femmes pour cet échange franc et salué leur courage et exprimé la disponibilité des partenaires pour les accompagner.

La délégation a ensuite rencontré la Générale Odile KANTYONO, Cheffe de UNPOL et les FSM de Gao. La cheffe de la Police onusienne à Gao s’est exprimée sur le projet de renforcement des capacités des FSM en matière de « police de Proximité » dans le but de réinstaurer la confiance entre les populations et les FSM et d’amener la population à prendre en compte sa propre sécurité. Un projet, qui a suscité beaucoup d’engouement auprès des populations et des FSM. C’est pourquoi, elle saisit l’occasion pour réitérer une deuxième phase de ce projet tant attendu dans la région, afin de booster la confiance entre les populations et les FSM et de limiter le banditisme, la criminalité et les assassinats ciblés dans la ville de Gao.

Des perspectives encourageantes

Brynildsen Vegar SUNDSBO, l’Ambassadeur de la Norvège, s’est dit réconforté par les résultats encourageants qu’il a vus, rappelant que les efforts déployés se font dans la perspective d’un retour de la paix et du développement.

Au sujet la poursuite du soutien, Hannah DOENGES, Première Secrétaire de l’ambassade d’Allemagne au Mali, a annoncé que son pays sera aux côtés de la région à travers la police de proximité et travaux d’aménagement du débarcadère de l’aéroport de Gao.

L’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Danemark, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suisse et la Turquie comptent parmi les principaux bailleurs du Fonds Fiduciaire des Nations pour la Paix et la Sécurité au Mali. Il a été créé à la demande du Conseil de Sécurité (Résolution 2085 (2012)) pour soutenir les efforts du Gouvernement du Mali à faire face à la crise et garantir les perspectives de développement à long terme du pays, telles que le retour de l’autorité de l’Etat, l’ordre constitutionnel, la promotion du dialogue national, la réforme du secteur de sécurité, la coopération régionale, les Droits de l’Homme, le soutien aux élections, le processus de Désarmement-Démobilisation-Réintégration et des projets socio-économique.