Aller au contenu principal

Cadre Harmonisé d’identification des zones à risque et des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel, en Afrique de l’Ouest et au Cameroun, Créé en Avril 2021

Pays
Burkina Faso
+ 16
Sources
ACTED
+ 16
Date de publication
Origine
Voir l'original

Résultats de l’analyse de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle aiguë en mars-mai 2021 et en juin-août 2021

Principaux résultats pour les zones touchées par l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle.

Consommation alimentaire :

La consommation alimentaire est acceptable dans la plupart des zones analysées. Toutefois, dans certaines zones, elle reste déficitaire et risque même de se détériorer en période de soudure (juin à août 2021). Il s’agit notamment des zones en insécurité (Burkina Faso, Liptako Gourma, Région du lac Tchad, ouest du Cameroun, nord-est et nord-ouest du Nigeria) et dans celles confrontées à une situation économique difficile (Sierra Leone et Liberia).

Evolution des moyens d’existence : les avoirs relatifs aux moyens d’existence continuent d'être impactés négativement par les conséquences de la pandémie de la COVID19. En outre, l’insécurité civile ainsi que la recrudescence du banditisme continuent de fragiliser les moyens d’existence dans les zones affectées. Au Liberia, en Sierra Leone, au Ghana et au Nigéria, la dépréciation des monnaies locales, occasionnant une inflation, détériore le pouvoir d’achat des ménages ainsi qu’une contraction des exportations.

Nutrition : Les prévalences de la malnutrition aiguë sont toujours alarmantes avec des valeurs dépassant le seuil de 10% dans plusieurs zones au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, au Nord - Est du Nigeria et au Niger. Dans certaines zones du Sud-Est du Niger, les prévalences dépassent le seuil de 15%. Le risque de détérioration de l’état nutritionnel des enfants et des femmes accroît avec la baisse de la fréquentation des structures de santé (en lien avec la persistance de la pandémie COVID-19) mais aussi avec la fermeture de structures sanitaires dans les zones affectées par la crise sécuritaire.