Saltar al contenido principal

Mali Aperçu des Besoins Humanitaires 2021 (Février 2021)

Países
Malí
+ 3
Fuentes
OCHA
Fecha de publicación
Origen
Ver original

Aperçu général

La deuxième année du cycle de programmation humanitaire 2020-2022, coïncide avec une aggravation de la crise multiforme affectant le Mali depuis bientôt une décennie. En 2021, le contexte humanitaire continue de s'aggraver en raison des effets immédiats des conflits et des multiples formes de violence, notamment les conflits inter et intracommunautaires, l'activisme des groupes armés non étatiques(GANE), la criminalité et le banditisme, l’insécurité constante a exacerbé la vulnérabilité de la population et les difficultés d’accès humanitaire. Cette situation affecte temporairement certaines interventions humanitaires en rendant difficile l’accès à quelques localités et en provoquant de nouveaux déplacements massifs de populations civiles. La pose des Engins Explosifs Improvisés (EEI), la destruction des infrastructures comme les antennes de communication particulièrement dans le cercle d’Ansongo (région de Gao), la destruction et le sabotage des ponts (comme dans la région de Segou) sont devenus des modes opératoires privilégiés contre les forces nationales (FAMa) et internationales (Barkhane et MINUSMA) afin de les empêcher d’atteindre les zones de présence de GANE. Malheureusement ce mode opératoire empêche aussi les populations affectées d’accéder à leurs moyens de subsistance et aux services sociaux de base, mais aussi l’acheminement de l’assistance humanitaire.

Dans la région de Mopti, les Agences Fonds et Programmes des Nations Unies (AFPs/ONU) affirment qu’ils ont été confrontés à des contraintes d’accès élevées dans 75% des communes de la région sur la période de septembre à décembre 2020, 43% en ce qui concerne ONGs internationales et 37% pour les ONGs nationales En plus du contexte securitaire complexe, la grogne sociale observée en 2020 a aussi contribué à une crise politique qui s’est culminée par une démission du chef de l’Etat et du gouvernement et la mise en place en septembre 2020 d’une période de transition de dix huit (18) mois. Confirmant la dimension transnationale de l'instabilité, la région transfrontalière du Liptako- Gourma devient le nouvel épicentre de la crise. Les zones de turbulence continuent de s'étendre de régions du nord et du centre vers les autres régions autrefois épargnées comme Kayes, Sikasso et Koulikoro.
Les conséquences socio-économiques de la COVID-19 sont susceptibles d'avoir un impact à long terme sur les conditions de vie des ménages, exacerbant les vulnérabilités économiques existantes. Enfin, les aléas climatiques (sécheresse, inondation) sont aussi des facteurs moins négligeables dans le contexte du Mali.

L’effet combiné de ces chocs qui se superposent affectent désormais 11 711 652 de personnes, ce qui correspond à plus de 57,1% de la population du Mali (voire 1 malien sur 2) qui subissent les soubresauts de ces crises répétées qui dégradent leurs conditions de vie ainsi que leurs moyens subsistance. Ainsi, les conditions humanitaires de bien-être physique et mental, des conditions de vie et de résilience sont affectées avec une sévérité qui est fonction de l’occupation, de la localisation et du genre des personnes. Enfin, l’environnement de protection continue de se dégrader suite à cette juxtaposition de chocs.

Comme résultante de tous ces aléas, plus de 5 917 269 millions de personnes sont dans le besoin (PIN) d’assistance humanitaire en 2021.

La sécurité alimentaire : Malgré une légère baisse , du nombre de personnes en insécurité alimentaire sévère et plus (phase 3 à 5 du Cadre Harmonisé) à 957 251 personnes contre 1 117 001 en 2020, le nombre de personnes dans le besoin du secteur s’élève à 2,2 millions contre 2,3 millions en 2020, soit un quasi statu quo. Les besoins en renforcement des moyens d’existence quant à eux ont accru avec 1 250 000 personnes en plus en 2021. Les facteurs explicatifs sont relatifs à la perte ou la réduction importante des revenus et sources de revenus des ménages du fait notamment des conflits communautaires et des conséquences économiques de la COVID 19 . De plus les fermetures des frontières au cours de l’année 2020 ont impacté les activités génératrices de revenus des ménages.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.