Aller au contenu principal

République du Cameroun: Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, Avril 2021 – Données de Septembre 2020

Pays
Cameroun
Sources
Action Against Hunger
+ 4
Date de publication

Résumé exécutif

Le MINADER, le PAM, la FAO, PU et ACF/SI ont conduit une Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (ENSAN) au mois de septembre 2020. Il ressort des données de l’Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (ENSAN), collectées auprès de 9.959 ménages dans les 10 régions du Cameroun, que le pays fait face à diverses crises auxquelles s’est ajoutée en 2020 la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19. Ces évènements fragilisent la sécurité alimentaire des populations les plus vulnérables, au vu des résultats clés détaillés ci-dessous.

Dans l’ensemble des régions couvertes par l’ENSAN 2019 (Adamaoua, Est, Extrême-Nord, Nord et Ouest), la situation d'insécurité alimentaire a connu une détérioration, passant de 12.8% en 2019 à 20.4% en 2020. Les régions du Nord-Ouest (40.0%), du Sud-Ouest (30.7%), du Littoral (25.1%), de l'Extrême-Nord (24.8%), de l'Adamaoua (22.1%) et de l’Ouest (20.5%), qui subissent les effets de diverses crises humanitaires, sont les plus touchées par l'insécurité alimentaire. Les régions du Sud-Ouest (6.9%), de l’Extrême-Nord (5.4%) et du Nord-Ouest (4.4%) ont chacune une prévalence d'insécurité alimentaire sévère avoisinant les 5%.

Environ 2,7 millions de personnes sont en insécurité alimentaire aiguë (Cadre Harmonisé (CH), Phases 3 à 5) au Cameroun pour la phase courante d’octobre-décembre 2020 et 2,3 millions (9%) en phase projetée (Juin-Août 2021). La grande majorité de ces personnes se trouvent dans les régions de l’Extrême-Nord, Nord-Ouest, Littoral et Sud-Ouest et Adamaoua.

L'insécurité alimentaire résulte essentiellement d'une consommation alimentaire inadéquate (10.7% de la population), de stratégies d'adaptions négatives basées sur la consommation alimentaire ou sur les moyens d'existence (respectivement 10.2% et 17.2% des ménages), ou de la vulnérabilité économique, avec 33.2% de la population consacrant 65% ou plus de leurs dépenses aux aliments. Par ailleurs, 1.1% des ménages souffrent de faim grave à très grave.

Près du tiers (32.4%) des ménages au Cameroun ont une alimentation peu diversifiée, composée d'au plus quatre groupes d'aliments, et ce davantage dans les régions du Littoral (48.4%), de l'Extrême-Nord (39.1%) et du NordOuest (36.7%).