Aller au contenu principal

Accès humanitaire au Mali - de septembre à décembre 2020 (régions de Mopti et Tombouctou)

Pays
Mali
Sources
OCHA
Date de publication
Origine
Voir l'original

Faits saillants dans la région avec impact sur l’accès humanitaire

Le 05 septembre 2020, le GIAC a recommandé cinq (5) jours de suspension des mouvements des humanitaires sur la route nationale 15 (RN15) pour faire une analyse des interventions humanitaires dans un contexte sécuritaire marqué par l’attaque de deux véhicules d’une mission humanitaire sur la RN15 le 04 septembre 2020.

Des attaques récurrentes et indiscriminées de personnes armées non identifiées contre des véhicules et une position de milices locales, de chasseurs enregistrés sur la RN15 près du village Tillé, commune de Doucoumbo, entre le 28 novembre et le 10 décembre 2020 ont entrainé un ralentissement des missions humanitaires sur la RN15, les instigateurs de ces attaques n’étant pas formellement identifié, acteurs humanitaires redoutaient de se retrouver touché par ces attaques indiscriminées.

Le blocage des patrouilles de la MINUSMA par les milices locales avec parfois la participation de la population civile à Bandiagara à partir du 18 décembre 2020 avec pour impacte l’arrêt des patrouilles et le retrait de la base temporaire et opérationnelle (TOB) de la force de la MINUSMA dans le cadre de la sécurisation de la RN15 a été signalé. Il convient de rappeler qu’à cause de l’insécurité dû à l’activisme des GANE et autres criminels armés, la RN16 est restée impraticable sur le trajet Mopti-Konan-Douentza pour les organisations humanitaires depuis 2019.

Pendant cette période sous revue, trois (3) organisations humanitaires ont été impactées par des incidents. Il y a eu un cas d’attaque d’une mission par des personnes armées non identifiées sur la RN15, l’enlèvement temporaire de personnel humanitaire sur la voie fluviale et l’arraisonnement de l’ambulance d’une organisation humanitaire par des hommes armés dans le cercle de Douentza.

Plusieurs accords/initiatives de rapprochement intercommunautaires soutenus par des acteurs extérieurs ont été conclus dans le cercle de Koro pour mettre fin aux conflits intercommunautaires. L’insécurité qui sévissait dans plusieurs communes dont Diankabou, de Madougou, de Dioungani depuis deux ans a été considérablement réduite grâce à ces accords et aux dialogues qui les ont précédés. Les activités pastorales et agricoles dans plusieurs localités ont repris ainsi que les marchés hebdomadaires.

Dans le cercle de Douentza, 82 chefs de village des communes de Douentza, Korarou, Gandamia, Dallah, Kerena, Petaka, Dianwely, Tedie et Koubel Wel Koundia ont revitalisé les mécanismes traditionnels de prévention de conflits et de réconciliation dans les zones de conflit opposant agriculteurs et éleveurs, autour de problèmes comme, les vols de bétail, le banditisme, le désarmement des groupes armés et conflits fonciers. La réduction des tensions intercommunautaires attendue aura des effets positifs sur l’accès humanitaire.

La région de Mopti a enregistré en décembre 2020, un total de 137 845 personnes déplacées (PDI) soit une augmentation de 6 695 nouveaux déplacés sur la période d’octobre à décembre 2020. Mopti maintient ainsi son rang de première région du Mali en nombre de PDI.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.