Skip to main content

Évaluation en temps réel de la réponse à l'explosion dans le Port de Beyrouth du 4 août 2020: Mission 2 décembre 2020

Countries
Lebanon
Sources
Groupe URD
Publication date
Origin
View original

RÉSUMÉ EXÉCUTIF

OBJECTIFS D E L ’ ÉVALUATION EN T EMPS RÉEL POST - EXPLOSION

Dans les jours qui ont suivi l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth, le Groupe URD a décidé d’initier un processus d’évaluation en temps réel de la réponse sur la base de son expérience en matière d’évaluation « proche » de l’action (visant à influencer la réponse elle-même), de ses différents travaux sur l’action humanitaire en contexte urbain et les catastrophes technologiques, ainsi que de sa connaissance du Liban. Après une première mission réalisée deux semaines après l’explosion, une deuxième mission s’est déroulée au Liban en décembre 2020.

LA DIFFICILE TRANSITION DE L’URGENCE VERS LE DÉVELOPPEMENT

Cette deuxième mission a fait ressortir la complexité du passage de l’urgence au développement dans les contextes urbains et dans des pays à revenus intermédiaires, tels que le Liban. Elle a aussi tenté de réfléchir à ces difficultés de reconstruction dans un contexte où les crises sont multiples et loin d’être terminées, que ce soit sur le plan sanitaire pour le COVID-19 (les données sur la pandémies indiquent une poursuite de la contamination à des taux élevés et la saturation progressive des systèmes de santé), économique (les couches moyennes de la population sont en cours de paupérisation rapide) ou politique (toujours pas de formation d’un gouvernement accepté par tous). Dans ces conditions, faire du « lien urgence-développement » sur une crise spécifique s’avère une gageure.
Les différences de temporalité opérationnelle entre acteurs libanais et internationaux, entre flux de ressources via les réseaux sociaux et la diaspora d’un côté et, d’un autre, les mécanismes des bailleurs de fonds internationaux entraînent de nombreuses difficultés, mais aussi des déphasages et, au final, d’importants besoins de réadaptation des programmes.
Si la communauté internationale a tenté de donner un cadre normatif et programmatique à cette sortie de crise à entrées multiples avec la réalisation très rapide du diagnostic des dégâts et l’estimation des coûts de reconstruction (PDNA) puis, à la fin de l’année, avec le cadre de reconstruction, de relance et de réforme (3RF), la sortie de crise est encore bien lointaine pour l’instant même si, pour de nombreux individus, il ne pleut plus dans les maisons réhabilités et que certaines petites entreprises commencent à redémarrer.

CONCLUSIONS ETRE COMMANDATIONS

Travailler sans et hors l’État dans un contexte post désastre Le droit international sur la gestion des catastrophes met en exergue le rôle central que doivent avoir les institutions de l’État dans la gestion des catastrophes dans la réponse initiale via les Agences nationales et locales de gestion des désastres (National Disaster Management Agencies et Local Disaster Management Agencies). Quand celles-ci sont décrédibilisées tant face aux populations que par rapport à la communauté internationale, la tâche est difficile.
Elle le devient encore plus pour la reconstruction, où les enjeux normatifs et régaliens sont centraux.

  • Il faudra trouver les moyens pour recréer du lien entre populations et acteurs de l’État

La temporalité et le respect des promesses des bailleurs

Dans l’urgence comme dans la reconstruction, le temps est un élément clé. Les différentiels de réactivité entre acteurs, voire les respects différents des promesses et les risques d’’attentes déçues, font partie des risques importants de l’année à venir.

  • Les enjeux de transparence seront cruciaux pour éviter les tensions que pourront créer retards et promesses non tenues.

Besoin d’une prochaine mission

De fait, si cette deuxième mission était très utile pour sentir les tensions et difficultés de la période en cours, trop peu d’éléments avaient suffisamment évolué. Les budgets venaient d’être débloqués, les actions étaient tout juste en cours de démarrage. Nous prévoyons une troisième mission à la fin du printemps 2021.