Aller au contenu principal

Haïti : Perspectives sur la sécurité alimentaire - février à septembre 2021

Pays
Haïti
+ 1
Sources
FEWS NET
Date de publication
Origine
Voir l'original

Persistance de l’insécurité alimentaire en marge de la crise socio-politique et des prix élevés des produits alimentaires de base.

Messages clés

  • Stabilisé d’octobre à novembre 2020 autour de 63 gourdes pour un dollar américain, le taux de change s’est apprécié depuis décembre, et atteint environ 75 gourdes au 26 février 2021 sur le marché formel et jusqu’à 95 gourdes sur le marché informel, malgré l’injection de 12 millions de dollars américains sur le marché bancaire, en date du 28 janvier 2021. Depuis décembre, les prix des produits importés et locaux tendent à la hausse, bien que de façon modérée. Les prix des produits alimentaires restent aussi au-dessus de la moyenne de cinq ans, ceci dans des proportions supérieures à 40 pour cent.

  • Les précipitations du mois de janvier ont été globalement supérieures à la moyenne, bien qu’irrégulièrement réparties dans le temps et dans l’espace. Mais, les cultures d’hiver, le haricot et le maïs, déjà impactées par des déficits hydriques en novembre et décembre, n’ont pas pu vraiment en bénéficier. Cela porte à anticiper des récoltes d’hiver en dessous de la normale, à l’échelle nationale. Toutefois, la situation s’avère relativement bonne dans les départements du Sud (hormis les zones du littoral) et de la Grand’Anse.

  • Les prix élevés des produits alimentaires et les revenus agricoles faibles et en dessous de la moyenne continuent d’affecter négativement le pouvoir d’achat des ménages pauvres, qui se retrouvent en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) et Crise (Phase 3 de l’IPC) dans la plupart du pays. Dans les centres urbains, la crise sociopolitique réduit les opportunités d’embauche et, donc, les revenus pour un plus grand nombre de ménages pauvres et très pauvres.