Aller au contenu principal

La Maison du migrant de Caritas offre un réconfort aux portes du Sahara

Pays
Mali
+ 1
Sources
Caritas
Date de publication
Origine
Voir l'original

De nombreux migrants quittant l’Afrique pour l’Europe passent par le pays enclavé qu’est le Mali. Alors qu’ils se préparent à un redoutable voyage à travers le désert du Sahara, Caritas les accueille et leur offre aide et réconfort dans une maison aux portes du désert.

La ville malienne de Gao, en Afrique de l’Ouest, est connue comme la « porte d’entrée du Sahara » pour de nombreux migrants qui espèrent rejoindre l’Europe. C’est l’un des nombreux endroits du monde où les migrants peuvent trouver un soutien et des conseils pour leur voyage dans une maison de migrants Caritas.

« La Journée internationale des migrants est un moment que nous célébrerons, comme beaucoup d’autres lieux d’accueil de Caritas dans le monde mais pour les migrants, ce sera aussi un moment pour exprimer leur douleur et leur tristesse, déclare le personnel de la Maison du migrant de Gao. »

« Au cours de la semaine du 18 décembre, nous rendons hommage aux femmes et aux jeunes filles victimes de la traite des êtres humains. Une partie de nos activités consistera à sensibiliser aux droits des migrants et à expliquer aux gens comment prendre la bonne décision concernant la migration. »

La Maison du migrant de Gao s’est ouverte dans les années 90 et le nombre de migrants en provenance d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest a beaucoup augmenté depuis lors. L’objectif est d’accueillir les migrants, dont la destination peut être très éloignée, avec amour et dignité. La durée maximale du séjour était de dix jours normalement mais pendant la pandémie de Covid-19, alors que les frontières étaient fermées, les migrants y ont passé jusqu’à trois mois.

Pendant la pandémie, le nombre de migrants arrivant à Gao est passé à 300 en moyenne par jour. Caritas a gardé les portes de la Maison du migrant ouvertes tout au long de la pandémie.

L’insécurité croissante dans le nord du Mali est l’une des causes de la migration, de la pauvreté, et le rêve d’une vie meilleure en est une autre. Beaucoup de migrants viennent du Niger et d’autres pays africains, mais il y a aussi des personnes du Pakistan, du Sri Lanka et d’autres pays non africains. La maison accueille également des migrants renvoyés au Mali depuis l’Algérie.

« Beaucoup de migrants que nous recevons et qui sont revenus d’Algérie, arrivent en très mauvaise santé. Un certain nombre d’entre eux souffrent de maladies graves comme la tuberculose et nous veillons à ce qu’ils soient hospitalisés. De tous ceux qui sont arrivés chez nous, dix migrants sont morts jusqu’à présent cette année. C’est le nombre le plus élevé de toutes les années précédentes » déclare le personnel.

Caritas fournit une aide pratique comme les soins de santé et d’hygiène, mais se concentre aussi sur l’éducation des migrants pour veiller à ce qu’ils prennent une décision éclairée sur leur migration. Certains d’entre eux décident de se former dans de nouvelles compétences, comme la coiffure ou la maçonnerie, et cherchent du travail à Gao plutôt que de continuer leur voyage.

Caritas plaide au niveau mondial pour des voies légales et sûres et pour un accès aux services pour les migrants. Caritas a contribué au processus du Pacte mondial sur les migrations et en réclame une mise en œuvre efficace.

Caritas rappelle que les migrants sont victimes d’une injustice mondiale résultant de systèmes politiques et économiques. Nous les soutenons dans leur quête d’un havre de paix sûr où ils puissent réaliser leur rêve d’une vie meilleure et digne.