Перейти к основному содержанию

Enquête nutritionnelle dans onze (11) communes d’accueil abritant la majorité des personnes déplacées internes dans quatre (4) régions au Burkina Faso selon la méthodologie Rapid SMART, Juillet-Aout 2020

Страны
Буркина-Фасо
Источники
Govt. Burkina Faso
+ 2
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Contexte

Le Burkina connait depuis Décembre 2018, une dégradation continue de la situation sécuritaire surtout dans les régions du Sahel, du Nord, du Centre-Nord, de l’Est et de la Boucle du Mouhoun. Au cours des derniers mois de 2019, la situation sécuritaire et humanitaire s'est rapidement détériorée dans les régions du Nord, du Centre-Nord, du Sahel, de la Boucle du Mouhoun et de l’Est du Burkina Faso. Cette dégradation a entraîné un accroissement substantiel des déplacements internes et réduit l'accès déjà très limité aux services sociaux de base, y compris les services de santé, dans un contexte d'extrême pauvreté dans ces localités.

On estime un total de 2,2 millions de burkinabè qui sont dans un besoin humanitaire de plus en plus croissant dans tous les secteurs. Parmi ces 2,2 millions de personnes, on compte 1 013 234 déplacés internes à la date du 08 août 2020 et plus de 1,2 millions étaient directement privées d’un accès aux soins de santé. Au total, 250 localités sont concernées par le repli massif des PDIs dont les six plus importantes avec près de 50% des PDIs sont : Djibo (163960), Kaya (102494), Barsalogho (87374), Gorgadji (43651), Dori (42033) et Fada N’Gourma (32526). Aussi des sites d’accueil officiels ont été érigés dans les communes de Barsalgho, Kelbo et de Foubé pour abriter certaines de ces PDIs. Le système de santé n’est pas aussi épargné cette situation sécuritaire très préoccupante. On compte de nos jours selon les données du « cluster santé » que :

• 95 formations sanitaires fermées privant l’accès aux soins à environ 1,2 million habitants

• 199 formations sanitaires fonctionnent à minima.

• 183 aires sanitaires ont accueilli des personnes déplacées internes.

La situation actuelle est rendue complexe par une annonce d’un niveau alarmant d'insécurité alimentaire selon les analyses faites selon l’Indice de prix à la consommation (IPC) et le cadre harmonisé en juillet 2020. Tous ces facteurs concourent à la dégradation de la situation nutritionnelle des populations affectées surtout les tranches d’âge vulnérables que sont les femmes et les enfants.

C’est ainsi que le Ministère de la santé en collaboration avec l’UNICEF et le PAM a entrepris de réaliser une deuxième enquête après celle d’octobre 2019 auprès des localités abritant le plus grand de déplacés internes afin d’évaluer la situation nutritionnelle et sanitaire des enfants de 6 à 59 mois et des femmes enceintes et/ou allaitantes ayant un enfant de moins de 2 ans. Cette enquête a couvert 12 localités de 11 communes que sont : Bourzganga, Kongousi, Kaya, Barsalogho, le site d’accueil de Barsalogho, Ouahigouya, Fada N’Gourma, Matiacoali, Dori, Gorom-Gorom, Gorgadji et de Djibo.