Перейти к основному содержанию

Rapport de monitoring de protection régions du Sahel - septembre 2020

Страны
Буркина-Фасо
Источники
Govt. Burkina Faso
+ 1
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

CONTEXTE

La Région du Sahel continue de connaître une recrudescence d’actes de violences orchestrés par l’activisme des groupes armés terroristes avec pour corolaire des violations des droits des populations civiles. Cette crise sécuritaire touche l’ensemble des provinces et en particulier celle du Soum. Le mois de septembre a connu également des catastrophes naturelles causées par les inondations et les vents violents.

En comparaison aux mois précédents, ce mois a connu plus d’incidents sécuritaires.
La province du Soum est plus à risque que les autres provinces car elle enregistre plus d’incidents occasionnés par les Groupes Armés Non Identifiés (GANI). Le problème de restriction des libertés de mouvement des populations dû aux attaques des groupes terroristes sur les axes routiers tels que l’axe Namsiguiya – MentaoDjibo reste toujours un défi majeur même si des dispositions sont en train d’être prises par les autorités pour le renforcement de la sécurité.

L’accès humanitaire reste donc difficile dans plusieurs communes telles que Koutoukou, Arbinda, Nassoumbou, Diguel, Kelbo, Tin-akoff, Déou, Gorgadji, Mansila,
Tankougounadié et Boundoré. On constate cependant, que les chefs-lieux de provinces restent des zones moins à risque. Tel est le cas de la commune de Dori qui est le chef-lieu de Région.

Pour résumer, il faut souligner que la situation sécuritaire dans la Région du Sahel reste volatile et précaire avec un impact important sur l’accès humanitaire.