Перейти к основному содержанию

L'Union Européenne renforce son soutien aux pays du Centre du Sahel

Страны
Буркина-Фасо
+ 2
Источники
EC
+ 1
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Aujourd'hui, l'Union européenne (UE), le Danemark, l'Allemagne et l'Organisation des Nations Unies (ONU) organisent conjointement une table ronde ministérielle virtuelle sur la région du Sahel central en Afrique, avec la participation de donateurs et d'organisations internationales, ainsi que des pays concernés : le Burkina Faso, le Mali et le Niger. L'événement discutera des perspectives à long terme pour les pays de la région, pour surmonter la spirale de violence et des crises humanitaires auxquelles ils sont actuellement confrontés. Il vise également à mobiliser davantage de soutien pour la région, particulièrement en cette période où la pandémie de coronavirus accroît les besoins humanitaires.

Le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, qui représente l'UE à l'événement, annoncera un total de 43,6 millions d'euros destinés par l'UE aux trois pays de la région du Centre du Sahel, pour le reste de l'année 2020.

Janez Lenarčič a déclaré : « Au cours des dernières années, l'UE s'est particulièrement mobilisée en faveur du Sahel, et le soutien international apporté a été conséquent. Pourtant, la situation sécuritaire, sociale et humanitaire au Sahel central continue de se détériorer. Face à une situation qui s'aggrave dramatiquement nous devons ensemble, la communauté internationale et les gouvernements concernés faire plus, faire mieux, et agir rapidement. Ce n'est qu'en s'attaquant aux causes profondes que nous réussirons à offrir une vie meilleure aux personnes affectées par les crises qui frappent la région. »

Jutta Urpilainen, commissaire européenne aux partenariats internationaux, a déclaré : « La conférence d'aujourd'hui est un signe très clair de notre solidarité envers la région du Sahel et ses habitants. Notre soutien de 20 millions d'euros au Programme alimentaire mondial des Nations Unies aidera les plus vulnérables au Burkina Faso, au Mali et au Niger, et en particulier les femmes enceintes et allaitantes et les jeunes enfants. Nous espérons ainsi porter assistance à 65 000 personnes l'année prochaine avec ce projet. Si nous unissons tous nos forces pour lier paix, développement et aide humanitaire, et que nos partenaires assument la responsabilité d'améliorer la gouvernance et les réformes, je suis convaincu que nous pouvons faire une différence pour les populations du Sahel. La Team Europe continuera à soutenir les populations du Sahel. »

L'UE allouera:

23,6 millions d'euros pour des actions humanitaires pour le Burkina Faso, le Mali et le Niger. 20 millions d'euros en fonds de développement pour répondre à la crise alimentaire qui affecte la région du Centre du Sahel, en coopération avec le Programme alimentaire mondial des Nations unies.

L'Union européenne et ses états membres ont mobilisé au total environ 8 milliards d'euros pour aider à stabiliser la région du Sahel depuis 2014.

Contexte

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger connaissent l'une des crises humanitaires dont la détérioration est la plus rapide au monde, notamment en raison de conflits, de changements climatiques et de la pauvreté. Il est estimé que 13,4 millions de personnes à travers la région du Centre du Sahel ont besoin d'assistance humanitaire.

En 2020, l'UE a mobilisé un total de 84,6 millions d'euros d'aide humanitaire pour les pays du Sahel central, comprenant les fonds annoncés aujourd'hui. En juin 2020, l'UE a également organisé deux vols du pont aérien humanitaire de l'UE vers le Burkina Faso, transportant 26 tonnes de fournitures et d'équipements humanitaires nécessaires à la riposte au coronavirus dans le pays.

Depuis 2014, l'UE a alloué plus de 3,4 milliards d'euros pour la coopération au développement dans les trois pays du Centre du Sahel, le Burkina Faso, le Mali et le Niger. L'objectif de renforcer les capacités de l'État sur le long terme a été accompagné d'actions à court et moyen terme pour répondre aux besoins des plus vulnérables. Les investissements ont couvert de nombreux domaines : la sécurité, la bonne gouvernance, la transparence, les finances publiques, le respect des droits de l'homme, et les services sociaux de base (éducation, sécurité alimentaire et santé).