Перейти к основному содержанию

La Suisse et le Luxembourg lancent un programme pour renforcer la résilience des petits exploitants agricoles du Sud via la finance innovante

Страны
Мир
+ 2
Источники
Govt. Luxembourg
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Le 2 octobre 2020, la Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire du Luxembourg, représentée par le ministre Franz Fayot, et la Direction du développement et de la coopération suisse se sont réunies à la Maison de la microfinance du Luxembourg, pour célébrer la signature d'un accord de lancement du programme Smallholder Safety Net Upscaling Programme (SSNUP).

L'objectif de ce programme est d'améliorer la résilience des petits exploitants agricoles dans les pays en développement, en collaboration étroite avec des fonds d'investissement à impact orientés vers la durabilité sociale et écologique. ADA, l'ONG luxembourgeoise spécialisée en finance inclusive, assurera la coordination de ce programme innovant.

Une grande majorité de la population démunie vit dans des zones rurales et se compose essentiellement de petits exploitants agricoles vulnérables, pratiquant une agriculture de subsistance. Afin de soutenir cette population dont le travail est essentiel pour la sécurité alimentaire au niveau mondial, la Coopération luxembourgeoise et la Coopération suisse, en collaboration avec ADA et Lux-Development, ont lancé le programme SSNUP. La première phase du programme, planifiée de 2020 à 2023, sera mise en place avec un budget prévu prévisionnel de 18 millions d'euros, dont 12 millions seront cofinancés par la Suisse et le Luxembourg, 3 millions cofinancés par le secteur privé et 3 millions à mobiliser par d'autres bailleurs.

Un partenariat public / privé unique pour renforcer les chaînes de valeur agricoles

À travers ce partenariat, le secteur public et le secteur privé cofinancent de l'assistance techniquepour les acteurs des chaines de valeur agricoles: les PME, les coopératives et autres intermédiaires financiers agricoles. Ces co-financements avec le secteur privé visent ainsi à favoriser la croissance de la productivité, des revenus et la résilience des petits exploitants agricoles. Renforcer et faciliter lestransactions commerciales entre agriculteurs et acteurs des chaînes de valeur agricoles (par exemple l'achat de semence, la vente et le stockage des récoltes, l'utilisation du digital) fait aussi partie des objectifs.Il s'agit alors de créer un filet de sécurité pour les petits exploitants afin que les risques (sur les prix, sur les récoltes, sur le climat) soient atténués. Les départements d'assistance technique des fonds d'impact investing collaboreront en outre pour partager leurs connaissances des marchés agricoles.

Ce programme repose sur une collaboration innovante entre d'importants acteurs du développement, aussi bien publics, associatifs et privés, d'investisseurs d'impact et de leurs fournisseurs d'assistance technique,pour améliorer les pratiques et renforcer les marchés agricoles du Sud. Parmi les investisseurs d'impact partenaires de SSNUP, se trouvent la Fondation Grameen Crédit Agricole, Incofin, Oikocredit, responsAbilityet Symbiotics. Tous ces fonds partenaires, dont le total des actifs gérés varie entre 92 millions euros et 3,5 milliards euros, comptent déjà de 10% à 100% d'investissements actifs dans les zones rurales au sein de leur portefeuille. Grâce au SSNUP, la somme de ces investissements en faveur des petites exploitations agricoles, qui ont souvent du mal à accéder aux financements nécessaires à leur croissance, devrait encore augmenter.

À travers le programme SSNUP, plusieurs Objectifs de développement durable (ODD) sont ciblés: la création de sources de revenus durables pour les familles des petits exploitants agricoles, la création d'emplois pour les jeunes, l'émancipation de femmes dans le milieu rural, ainsi que l'adoption de pratiques agricoles écologiques et durables, afin de limiter les conséquences néfastes sur le climat. Les projets cofinancés par SSNUP seront mis en œuvre dans les pays du Sud, avec une attention particulière sur la zone la plus vulnérable, l'Afrique subsaharienne.

Partager le savoir

Enfin, le programme SSNUP se focalise sur le partage des connaissances avec l'ensemble du secteur. ADA, l'ONG luxembourgeoise spécialisée en finance inclusive sera chargée de collecter les leçons apprises, de mesurer l'impact et de diffuser les résultats en collaboration avec plusieurs acteurs comme la IISD (International Institute for Sustainable Development), le CSAF (Council on Smallholder Agricultural Finance), ainsi que le MIN (Microinsurance Network), ce dernier également basé au Luxembourg.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes/ Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire