Aller au contenu principal

OIM Sénégal COVID-19 : Plan Stratégique de Préparation et de Réponse, février- décembre 2020

Pays
Sénégal
Sources
IOM
Date de publication
Origine
Voir l'original

APERÇU GLOBAL DE LA SITUATION

Le 31 décembre 2019, un groupe de pneumonies d’étiologie inconnu a été signalé dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, en République Populaire de Chine. Un mois plus tard, le 30 janvier 2020, le Comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est réuni et a annoncé que le pathogène connu sous le nom de nouveau coronavirus 2019 (COVID19), constituait désormais une Urgence de Santé Publique de portée Internationale (USPPI).

La pandémie de la COVID-19 continue donc d’évoluer. Au niveau mondial, 17 106 007 cas étaient confirmés pour 668 910 décès à la date du 31 juillet 2020.

Le Sénégal a enregistré son premier cas le 02 mars 2020. A la date du 31 juillet 2020, le pays a enregistré 10 232 cas positifs à la COVID-19 dont 126 nouveaux, 6 776 personnes guéries, 205 patients décédés et 3 250 malades suivis dans les centres de traitement.

Dans un contexte qui ne présage pas d’une sortie imminente de la pandémie à COVID-191 , l’état de santé de la population sénégalaise est marqué par : (i) des taux encore élevés de morbidité et de mortalité maternelle et infanto-juvénile ; (ii) une persistance du fardeau des maladies vectorielles (paludisme…), des maladies transmissibles (tuberculose, VIH/Sida), les hépatites et les maladies tropicales négligées (MTN) malgré des progrès significatifs depuis plusieurs décennies; et, (iii) un accroissement rapide du fardeau des Maladies non Transmissibles, qui, pour la plupart sont des maladies chroniques à soins coûteux.

L’État du Sénégal a consenti des efforts notoires pour renforcer le système de santé et améliorer l’accès global des populations aux soins : construction, réhabilitation et équipement des structures sanitaires de base et de référence. Malgré ces efforts, le Sénégal continue d’être confronté à un problème d’infrastructures. Les indicateurs de couverture montrent une répartition inégale des infrastructures et de la qualité des plateaux techniques sur le territoire national.

Le Sénégal, bien que plus stable, fait partie des pays où des actions concertées en matière de paix et de sécurité, de commerce, de développement, de droits humains et d’action humanitaire sont nécessaires pour aider les communautés de la région et leurs gouvernements à mettre en place des politiques efficaces de migration.

Afin d’endiguer la pandémie de la COVID-19, le gouvernement du Sénégal a pris des mesures allant de la fermeture des frontières, l’instauration de l’état d’urgence et d’un couvrefeu, l’interdiction de circuler et de se rassembler à la promotion des gestes barrières. Ces mesures sont accompagnées par un fonds de riposte et de solidarité d’un montant de 1 000 milliards de FCFA dont 46 milliards pour le volet santé de la riposte.

Le 04 juin 2020, le gouvernement a annoncé un allègement du couvre-feu nocturne et une reprise des transports entre les villes tout en insistant sur le respect des mesures de protection individuelle et collective pour mieux lutter contre la pandémie.

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a élaboré un plan de préparation et de réponse stratégique mondial estimé à 499 millions de dollars. L’OIM, en partenariat avec l’OMS et d’autres agences des Nations Unies (NU), des groupes de coordination ainsi que les parties prenantes non-ONU, aide les États membres et leurs partenaires à se préparer et à répondre à la pandémie liée à la COVID-19, grâce à des informations et à des soutiens technique et opérationnel.

International Organization for Migration: Copyright © IOM. All rights reserved.