Skip to main content

COVID-19 et mariage des enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre

Countries
Burkina Faso
+ 5 more
Sources
Girls Not Brides
+ 1 more
Publication date
Origin
View original

Présentation de la situation

L'impact de la pandémie de COVID-19 risque de mettre en danger des décennies de progrès dans le domaine des droits des filles et de l'égalité de genre. En fin février, lorsque les premiers cas de COVID-19 ont commencé à émerger en Afrique de l'Ouest et du Centre, les gouvernements ont réagi rapidement par la fermeture des frontières, la restriction des mouvements en interne, la mise en place de couvre-feux, et la fermeture des écoles et des marchés.
Avant cette crise, l'UNICEF suggérait que si les efforts pour mettre fin au mariage des enfants n'étaient pas intensifiés, l'Afrique de l'Ouest et du Centre risquait, d'ici 2050, de devenir la région où le nombre d'enfants mariés serait le plus important.

Les effets des restrictions engendrées par la COVID-19, y compris les perturbations dans les interventions relatives à l'élimination du mariage d'enfants, les crises économiques de large envergure et les tensions que ces crises créent pour les familles, vont affaiblir le travail pour mettre fin au mariage des enfants.

En raison de la COVID-19, les filles et les jeunes femmes d'Afrique de l'Ouest et du Centre – dans toute leur diversité, y compris les filles mariées – font face à d'énormes difficultés en termes d'accès à la nourriture, aux denrées de première nécessité, à l'éducation et à la santé, y compris aux informations et services de santé sexuelle et reproductive (SSR). Le mariage des enfants est profondément enraciné dans les inégalités de genre et les normes sociales discriminatoires. Les facteurs sous-jacents au mariage des enfants dans cette région – qui incluent la pauvreté des familles, les obstacles au maintien ou au retour des filles à l'école, les tabous autour de la sexualité féminine en raison de la 'honte' perçue suite à une grossesse hors union, et la limitation des services et informations de SSR pour les filles et jeunes femmes – sont accrus durant la crise. Les filles vivant dans des contextes de crise, y compris cette pandémie, sont à plus haut risque d'être mariées avant l'âge de 18 ans, ainsi que d'être soumises à d'autres formes d'exploitation, de violence de genre et de pratiques néfastes enracinées dans les inégalités de genre .