Перейти к основному содержанию

La MINUSCA dénonce les accusations de complicité avec le 3R dans le nord-ouest du pays

Страны
ЦАР
Источники
MINUSCA
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

La MINUSCA rejette avec la plus grande fermeté les déclarations irresponsables et dangereuses tenues par certains secteurs centrafricains mettant en cause le rôle de la Force lors de l’attaque lancée le dimanche 21 juin 2020 par le movement 3R contre un convoi de la MINUSCA et des Forces Armées Centrafricaines (FACA), près de la localité de Besson, dans la Nana-Mambéré (nord-ouest de la République Centrafricaine). La MINUSCA précise que l’opération conjointe avec les FACA dans la région va se poursuivre jusqu’à l’atteinte de tous les objectifs définis, parallèlement aux efforts entrepris avec l’Union Africaine (UA), la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et le Gouvernement dans le cadre de l’Accord de paix.

Lors du briefing de presse hebdomadaire du mercredi enregistré et diffusé sur Radio Guira FM, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a dénoncé les accusations de complicité des casques bleus avec le 3R, soulignant que « ces propos ne correspondent aucunement à la réalité du terrain et sont de nature à manipuler l’opinion publique sur le rôle impartial de la MINUSCA dans son mandat de protection des civils ». « Il n’y a pas de complicité avec le 3R ni avec aucun groupe armé A, B, C ou D. Notre partenaire c’est le Gouvernement et si nous discutons avec les groupes armés, c’est dans le cadre de l’Accord de paix », a-t-il souligné. Selon lui, il y a « coordination permanente entre les casques bleus et les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), partout sur le territoire et particulièrement sur le théâtre des opérations. C’est aussi le cas dans le nord-ouest avec l’opération “A La Londo”, destinée à mettre fin aux violences contre les populations civiles commises par le 3R”, a martelé le porte-parole.

Le porte-parole a indiqué que le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, Mankeur Ndiaye, et la MINUSCA s’inclinent devant la mémoire des membres des FDS centrafricaines tués lors de l’attaque et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés, précisant que ces attaques lâches « ne resteront pas impunies ». L’opération vise à savoir contraindre ce groupe à cesser son implantation dans le Nord et l’Ouest de cette région de la RCA, protéger les populations et rétablir l’autorité de l’État.

Le porte-parole est également revenu sur la session du Conseil de Sécurité des Nations Unies, lundi dernier, avec la présentation du rapport du Secrétaire général de l’ONU par le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, et à laquelle a pris part, par visioconférence, la Ministre des Affaires étrangères et des Centrafricains de l'étranger, Sylvie Baïpo-Temon. Le Secrétaire général adjoint a évoqué les violences provoquées par le 3R, dans le nord-ouest de la RCA, et le FPRC, en avril dernier, dans le nord-est, la situation sécuritaire « fragile dans le pays et a encouragé les acteurs politiques à promouvoir le dialogue et le consensus et à s’abstenir de toute action qui peut déstabiliser le pays » ainsi que le processus électoral et son financement.

Le porte-parole a aussi présenté la contribution de la MINUSCA au Plan national de lutte contre la pandémie de COVID-19 la semaine écoulée, marquée notamment par « le lancement des projets de réhabilitation de la salle d’isolement à Bouar et de la construction d’une salle de triage et d’une salle d’isolement à l’hôpital de Paoua » pour près de 30 millions francs CFA, dans le cadre de la réorientation vers les activités de lutte contre la pandémie, des fonds des projets à impact rapides (QIPs) et des fonds programmatiques. Présentant les données sur la pandémie de COVID-19, il a indiqué qu’à la date du 24 juin 2020, le nombre total de cas au sein du système des Nations Unies en RCA est de 115 dont 98 cas actifs. « Au sein de la MINUSCA, le nombre total de cas est de 84 dont 69 cas actifs, 14 guéris et un décès », a-t-il souligné. Au chapitre des droits de l’homme, au cours de la période du 16 au 22 juin 2020, la mission a vérifié 11 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté 66 victimes.

De son côté, le porte-parole de la Force de la MINUSCA, le Commandant Issoufou Aboubacar Tawaye, a souligné que dans le cadre de son mandat de protection des civils, la Force a mené un total de 3096 patrouilles dont 826 nocturnes sur le territoire centrafricain durant la semaine écoulée. Il a également fait part du rôle de la Force dans la sécurisation du processus électoral aux côtés d’UNPOL, des FACA et des FSI.

Pour sa part, le porte-parole de la composante police de la MINUSCA, Franck Gnapié, a fait savoir que les Forces de Sécurité Intérieure en partenariat avec la MINUSCA, organisent du 23 juin au 30 juin 2020, une opération de désinfection de 22 unités de Police et de Gendarmerie de Bangui, Bégoua et Bimbo, dans le cadre de la lute contre le COVID-19. L’opération s’étendra ensuite à 23 unités de Police et de Gendarmerie de Birao, Obo, Bria, Bangassou, Kaga-Bandoro, Bambari, Berberati, Paoua, Bossangoa, Bouar et Ndélé », a-t-il ajouté, soulignant que des matériels seront également octroyés aux 45 unités de Police et de Gendarmerie.