Перейти к основному содержанию

Nouveau rapport CARE: comment COVID-19 modifie les normes de genre en Afrique de l'Ouest

Страны
Бенин
+ 10
Источники
CARE
Дата публикации

**Abidjan, Côte d'Ivoire, 20 mai 2020. **Les femmes sont exclues du partage d'informations sur COVID-19 et des principaux processus décisionnels de haut niveau aux niveaux national et régional, selon une nouvelle analyse de genre de CARE l'Afrique d'Ouest. Malgré cela, l'analyse révèle comment le coronavirus crée également des opportunités de perturber les inégalités entre les sexes profondément enracinées.

CARE a interrogé plus de 260 personnes représentant les communautés, les ministères de la santé et les organisations d'aide locales de 12 pays d'Afrique de l'Ouest et a constaté des lacunes majeures, notamment en ce qui concerne l'accès aux besoins de base comme les vivres et le lavage des mains, les services de santé et les informations officielles sur les mesures de prévention. Malgré cela, l'analyse a également révélé de nouveaux exemples d'innovation et de résilience des femmes face à l'épidémie de COVID-19.

La grande majorité des pays d'Afrique de l'Ouest comme le Niger, le Mali et le Burkina Faso sont très fragiles. Le COVID-19 devrait aggraver gravement une situation déjà instable, en particulier dans la région du Sahel. Ici, COVID-19 ajoute à une combinaison existante de pauvreté, d'impacts du changement climatique, de faible développement humain et de conflits.

«Plus de 44 millions de personnes dans notre région avaient déjà un besoin urgent d'aide humanitaire avant la pandémie, et les plans de réponse nationaux restent considérablement sous-financés», explique Claudine Mensah Awute, directrice régionale de CARE pour l'Afrique de l'Ouest. "Les nombreuses lacunes critiques dans la région nous obligent, en tant qu'humanitaires, et les familles qui ont un besoin urgent d'entreprendre quotidiennement des exercices de priorisation difficiles. »

COVID-19 a également un impact disproportionné sur les femmes et les filles dans la région de l'Afrique de l'Ouest. Comme le note Awute; «Le partage d'informations et la diffusion de messages sur l'hygiène et la prévention sont un bon exemple de parti pris sexiste, car bon nombre des médias traditionnels utilisés pour communiquer sur cette pandémie ne sont pas sensibles aux besoins spécifiques des femmes.»

Elle ajoute; «Malgré cela, il y a aussi des rayons d'espoir et d'opportunités émergents pour les femmes. La majorité des personnes interrogées dans notre enquête ont déclaré qu'il y avait eu une augmentation de la prise de décision partagée sur la gestion des ressources des ménages, et nous avons vu quelques projets d'innovation ingénieux parmi les communautés avec lesquelles nous travaillons, tels que la construction de lavabos utilisant uniquement de simples, des matériaux locaux et la couture de masques faciaux par des groupes de femmes. »

Au Ghana, l'un des pays les plus touchés par le COVID-19, et avec actuellement plus de 5 400 cas, les participants à l'enquête ont déjà signalé des changements positifs significatifs depuis l'enregistrement de COVID-19 dans le pays: «Mon mari est enseignant et depuis la fermeture des écoles, il est à la maison et fournit un soutien pour les tâches ménagères pendant que je vais au travail », Explique Mavis Owusu, agente de développement communautaire dans la région ouest du nord du Ghana. «Nous gérons un système de travail posté en raison de la directive du gouvernement sur l'éloignement social, je me présente donc trois fois par semaine. Ma charge de travail à la maison a considérablement diminué grâce à l'aide que je reçois de mon mari. Il passe également plus de temps avec les enfants en leur enseignant. »

Constatations principales:

  • Les femmes choisissent la nourriture: la nourriture et le revenu sont deux de leurs plus grandes priorités dans la situation actuelle. Avec la fermeture des marchés et la baisse des revenus, les femmes doivent choisir entre acheter de la nourriture pour leur famille et obtenir le savon dont elles ont besoin pour se laver les mains plus souvent.
  • Situation économique: Les effets les plus importants de COVID-19 sont la réduction des activités économiques et des revenus. Les entreprises qui ferment ou réduisent leurs activités et la perte de travail pour de nombreux travailleurs informels et journaliers ont un impact énorme sur de nombreuses femmes actives, ainsi qu'une pression accrue sur elles lorsqu'il s'agit de gérer les revenus de leur ménage.
  • Renforcement des activités économiques: la mise en réseau des organisations communautaires, en particulier les Associations Villageoises d'Epargne et Crédit (AVEC/VSLA), doit être encouragée pour renforcer les activités génératrices de revenus telles que la production de savon, afin de fournir des réponses stimulantes sur le marché pour répondre aux besoins de base.
  • Accès aux services de santé: la peur de contracter la maladie combinée à une méfiance à l'égard des agents de santé signifie que moins de femmes accèdent à des services comme la santé génésique, ce qui pourrait entraîner une augmentation de la mortalité maternelle et néonatale.
  • Partage d'informations: les femmes et les jeunes doivent être mis en relation avec les agences de presse et les entreprises mobiles pour la production d'informations sur COVID-19. Les rumeurs se propagent plus rapidement que les informations officielles. Une grande partie de la population n'a pas accès aux informations sur le virus et aux meilleures pratiques d'hygiène pour le contenir. C'est particulièrement le cas pour les femmes; en 2019, la fracture numérique entre hommes et femmes était la plus marquée en Afrique avec seulement 18,6% de femmes utilisant Internet contre 24,9% d'hommes.
  • Prise de décision: Bien que certains groupes de femmes comme le groupe d'épargne FaFaWa au Bénin, Les MMD du Niger, Les MJT au Mali aient été impliqués dans la prise de décision, cette participation des femmes n'est pas systématique et dépend de leur équilibre entre les responsabilités du ménage.

**\ **

Notes aux rédacteurs:

Pour l'analyse rapide de genre en Afrique de l'Ouest - COVID-19, CARE a interrogé un total de 266 personnes (52% de femmes et 48% d'hommes) représentant les communautés, les ministères techniques et de la santé, les agences des Nations Unies et les ONG internationales et les organisations de défense des droits des femmes dans 12 pays. Afrique de l'Ouest. L'analyse a été réalisée en avril en utilisant une approche de ne pas nuire, en mettant l'accent sur l'atténuation des risques pour le personnel de CARE et les communautés, la collecte de données a été effectuée à distance par téléphone, en utilisant des services de messagerie instantanée ou, le cas échéant, en face à face en utilisant des mesures de distanciation.

Porte-parole

  • Claudine Awute, directrice régionale de CARE, Afrique de l'Ouest (anglais et français)

  • Aisha Rahamatali, Coordinatrice régionale de plaidoyer CARE, Afrique de l'Ouest (anglais et français)

CARE International:

CARE est une organisation humanitaire de premier plan qui lutte contre la pauvreté dans le monde en élevant les femmes et les filles. Il a atteint 68 millions de personnes vulnérables dans 100 pays à travers le monde en 2019. Depuis le début de COVID, CARE a orienté ses programmes de sécurité alimentaire vitale, de services de santé, d'éducation et de programmes d'autonomisation des femmes pour lutter directement contre la propagation et l'impact de la maladie. . Au 17 avril 2020, CARE avait atteint 107,4 millions de personnes avec des programmes spécifiques ou adaptés à COVID. 1,9 million de personnes ont été directement touchées par des messages d'hygiène, 601 000 avec des kits d'hygiène, 773 000 avec de l'eau en plus, 114 000 avec de la nourriture ou des espèces / bons et 22 800 avec des stations de lavage des mains.

Contact avec les médias:

Ninja Taprogge, COVID-19 Global Media Coordinator

taprogge@care.de

+49 151 701 674 97

Rakietou Mossi -- Regional Media Coordinator

Rakietou Hassane Mossi Rakietou.HassaneMossi@care.org