Skip to main content

Le Groupe consultatif ad hoc de l'ECOSOC sur Haïti exprime sa solidarité envers Haïti pendant la pandémie COVID-19

Countries
Haiti
Sources
ECOSOC
Publication date
Origin
View original

Suite à une réunion extraordinaire du Groupe consultatif ad hoc de l'ECOSOC sur Haïti, qui s'est tenue le 29 avril dernier pour discuter de l'évolution de la situation en Haïti à la lumière de l'épidémie de la COVID-19, le Groupe exprime sa préoccupation quant au fait que les pays les moins avancés tel qu’Haïti seront touchés de manière disproportionnée étant donné la faiblesse des infrastructures sanitaires et les inégalités sociales et économiques sous-jacentes qui caractérisent ces pays. La pandémie de la COVID-19 devrait aggraver la crise humanitaire, économique et des droits de l'homme en Haïti et exacerber les vulnérabilités existantes, poussant davantage de personnes dans la pauvreté dans un pays où 6 millions de personnes vivent déjà en dessous du seuil de pauvreté.

Le Groupe est en outre préoccupé par le fait que, si elle n'est pas correctement gérée, l'urgence sanitaire liée à la COVID-19, et son impact socio-économique, pourraient devenir une catastrophe humanitaire, menaçant de réduire à néant certains des gains durement acquis en matière de développement et de sécurité au cours des quinze dernières années en Haïti. Quarante pour cent de la population du pays est aujourd'hui en situation d'insécurité alimentaire, ce qui place Haïti parmi les dix pays les plus touchés par l'insécurité alimentaire dans le monde. Avec la fermeture des écoles, quelque 300 000 enfants sont désormais privés de leur repas scolaire quotidien, ce qui les expose à un grave risque de retard de croissance. Le début de la saison des ouragans, de juin à novembre 2020, pourrait aggraver encore les problèmes existants. Le Groupe craint également que l'impact de la pandémie de la COVID-19 n'érode davantage la confiance des Haïtiens dans leurs institutions nationales, n'exacerbe les tensions politiques et sociales, ne provoque des violations des droits de la personne et ne soit un facteur de recrudescence de la violence et d'augmentation des problèmes de sécurité.

Le Groupe souligne que, si une action immédiate est nécessaire pour répondre aux besoins sanitaires et humanitaires d'Haïti, il convient également de poursuivre les efforts pour continuer à promouvoir le développement durable et à renforcer la résilience du pays face aux chocs futurs. Le Groupe se félicite des mesures rapides prises par le gouvernement haïtien, dont la responsabilité globale et l'obligation de rendre compte restent essentielles pour faire face à la crise, notamment la mise en place d'un comité scientifique multidisciplinaire et d'une commission multisectorielle pour aider le ministère de la santé publique et de la population à gérer la pandémie, ainsi que l'élaboration du plan d'intervention sanitaire de la COVID-19.

Le Groupe se félicite en outre des efforts déployés par l'équipe-pays des Nations Unies et le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) pour aider le gouvernement haïtien à faire face aux conséquences socio-économiques, humanitaires et sécuritaires de la crise de la COVID-19, en particulier les efforts visant à renforcer la coordination et la cohérence de l'action humanitaire, du développement durable et des efforts de consolidation de la paix.

Soulignant que la crise mondiale de la COVID-19 exige une réponse et une solidarité mondiale, le Groupe consultatif ad hoc sur Haïti demande aux Nations Unies, aux États membres, aux donateurs, aux institutions financières internationales et à toutes les parties prenantes d'agir ensemble avec détermination et urgence pour prévenir la propagation de la COVID-19, y répondre et en atténuer les conséquences humanitaires et socio-économiques. Le Groupe appelle tous les acteurs à assurer un accès humanitaire rapide, sûr, complet et sans entrave, ce qui est plus nécessaire que jamais pour faciliter la réponse à la pandémie. Le Groupe apporte également son soutien au plan d'intervention COVID-19 pour Haïti, dirigé par le ministère de la santé publique et de la population, et appelle les États membres à contribuer au plan de réponse humanitaire (PRH) pour Haïti ainsi qu'au plan global de réponse humanitaire des Nations unies pour la COVID-19. Le Groupe reste activement saisi de la question et continuera à suivre de près l'évolution de la situation.

Le Groupe consultatif ad hoc sur Haïti est composé de l'Argentine, des Bahamas, du Belize, du Bénin, du Brésil, du Canada (présidence), du Chili, de la Colombie, du Salvador, de l'Espagne, des États-Unis d'Amérique, de la France, d'Haïti, du Mexique, du Pérou, de Trinidad et Tobago et de l'Uruguay auprès des Nations unies. Le président de l'ECOSOC est membre de droit du Groupe. Il a été initialement créé en 1999 et son mandat est de suivre de près et de fournir des conseils sur la stratégie de développement à long terme d'Haïti.