Saltar al contenido principal

Déclaration à la presse de la Commission de Consolidation de la Paix : Partenariat pour la prévention et la consolidation de la paix au Burkina Faso

Países
Burkina Faso
Fuentes
UN
Fecha de publicación
Origen
Ver original

À la demande du Gouvernement du Burkina Faso, SEM Marc-André Blanchard a présidé une réunion de la Commission de Consolidation de la Paix (CCP) sur « Prevention et Consolidation de la paix au Burkina Faso » à New York le 5 mars.

La réunion s’est tenue dans le contexte d’une détérioration de la situation sécuritaire, qui a multiplié les défis humanitaires auxquels le pays est confronté, ceci malgré les efforts considérables déployés par le gouvernement du Burkina Faso pour répondre à ces menaces en évolution rapide. Le Ministre de l’économie, des finances et du développement, SEM Lassané Kaboré, a présenté un plan d’action prioritaire (Matrice d’Actions Prioritaires - MAP), que le Gouvernement du Burkina Faso a officiellement adopté juste avant la réunion, en étroite collaboration avec la Banque Africaine de Développement, l’Union européenne, les Nations Unies et la Banque mondiale. Ces partenaires étaient présents à la réunion et ont souligné leurs engagements à l’appui des domaines d’action du Plan, à savoir : (i) Sécurité et État de droit ; (ii) Services sociaux ; (iii) Gouvernance locale ; et (iv) Résilience et cohésion sociale.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary A. DiCarlo, qui s’est récemment rendue au Burkina Faso, a présenté les efforts déployés à l’échelle du système des Nations Unies à l’appui des priorités du Burkina Faso en matière de consolidation de la paix.

La Commission de consolidation de la paix s’est déclarée profondément préoccupée par la détérioration de la sécurité et de la situation humanitaire et a exprimé sa solidarité avec le peuple et le Gouvernement du Burkina Faso. Les États Membres ont condamné les multiples attaques de groupes extrémistes contre des civils, les forces de sécurité et les fonctionnaires ainsi que des infrastructures publiques et privées et des lieux de culte, en particulier dans les régions du Sahel, du Nord, du Centre-Nord, de l’Est, du Centre-Est et de la Boucle de Mouhoun. La Commission a déploré les incidents de sécurité impliquant des groupes armés qui attisent les tensions intercommunautaires.

La Commission de Consolidation de la Paix a félicité le Gouvernement du Burkina Faso pour ses efforts continus visant à faire face à la situation en matière de sécurité et à ses conséquences humanitaires et socio-économiques, ceci avec le soutien régional et international, et pour avoir défini des priorités claires pour une action immédiate, en plus des mesures d’urgence existantes. Les États Membres ont réitéré leur engagement à contribuer à la consolidation de la paix au Burkina Faso, non seulement par le biais du plan d’action prioritaire du gouvernement, mais également par le biais du prochain plan national de développement (2021-2025).

La Commission a salué le partenariat international pour la prévention et la consolidation de la paix au Burkina Faso et a appelé à une utilisation cohérente, stratégique et ciblée de l’aide, mesurée par des améliorations tangibles des conditions de vie de la population. Elle a encouragé les partenaires du Burkina Faso à assurer un soutien immédiat à la mise en œuvre du plan d’action prioritaire du gouvernement et a demandé au président de la Commission de travailler avec le Gouvernement du Burkina Faso pour suivre les engagements pris par les partenaires et encourager la mise en œuvre cohérente. Les États Membres ont exhorté les acteurs bilatéraux et régionaux à compléter leurs efforts pour lutter contre l’extrémisme violent qui favorise le terrorisme et l’insécurité et pour restaurer la cohésion et la stabilité sociales dans les régions touchées du pays.