Skip to main content

Bulletin sur le criquet pèlerin No. 496 (4 Février 2020)

Countries
World
+ 18 more
Sources
FAO
Publication date
Origin
View original

Trois zones sensibles présentant une activité acridienne menaçante

La situation en cours demeure extrêmement préoccupante dans trois zones principales : (1) Dans la Corne de l’Afrique, zone la plus touchée, il existe une menace sans précèdent sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance car les essaims ont augmenté en Éthiopie et en Somalie, et ont poursuivi leur déplacement vers le sud en direction du Kenya où ils se sont disséminés dans 14 comtés du nord, du centre et du sud-ouest du pays, atteignant des zones situées à 200 km du nord-est de l’Ouganda et du sud-est du Soudan du Sud. Certains essaims ont déjà pondu et les éclosions sont sûrement déjà en cours. Des essaims sont aussi entrés dans la vallée du Rift en Éthiopie. Des opérations de lutte aérienne et terrestre étaient en cours mais sont restées insuffi santes. La reproduction en février entraînera une nouvelle augmentation des effectifs acridiens avec de nombreuses bandes larvaires dans les trois pays.

Il est encore possible que certains essaims atteignent l’Ouganda et le Soudan du Sud. (2) Les infestations acridiennes ont continué à s’intensifi er le long des deux rives de la mer Rouge où de nombreux groupes et bandes larvaires et groupes d’ailés se sont formés. Un essaim s’est formé sur la côte près de la frontière soudano-égyptienne, des essaims ont pondu à proximité de la frontière soudanoérythréenne, des essaims se sont formés sur la côte du Yémen, dont certains ont migré dans les hautes-terres centrales et dans les zones adjacentes dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite. Au moins un essaim est apparu sur la côte méridionale de l’Érythrée. Plusieurs essaims, provenant sans doute de la zone frontalière indopakistanaise, sont arrivés sur la côte orientale d’Oman et se sont déplacés au sud vers le Yémen. (3) En Asie du sud-ouest, de fortes pluies sont tombées sur la côte méridionale d’Iran où des essaims étaient en ponte, ce qui devrait créer des conditions favorables pour la succession de deux générations pouvant entraîner une augmentation considérable des effectifs acridiens.