Saltar al contenido principal

Tchad | Provinces du Logone Oriental et du Moyen-Chari | Matrice de suivi des déplacements (DTM) Rapport Round 2 | Janvier 2020

Países
Chad
+ 1
Fuentes
IOM
Fecha de publicación
Origen
Ver original

RÉSUMÉ EXÉCUTIF

La Matrice de suivi des déplacements (Displacement Tracking Matrix, DTM, en anglais) est un outil permettant de faire le suivi des déplacements et mobilités des populations et d’avoir une meilleure compréhension de leurs besoins et vulnérabilités. L’objectif de la DTM est de capturer et d’analyser les données relatives aux mouvements de populations en temps de crise et de disséminer ces données auprès des autorités et de la communauté humanitaire. En plus d’être déployée de façon systématique en cas de crise humanitaire, la DTM est également un outil efficace dans la préparation aux crises ainsi que dans la phase de transition et de réintégration. L’utilisation de la DTM permet de fournir des informations précises aux groupes sectoriels humanitaires et aux autres acteurs impliqués dans la réponse humanitaire. Elle contribue également aux activités de coordination et de provision de services. Enfin, elle permet aux gouvernements de déployer des méthodes et outils de collecte et d'analyse de données testés lors de crises précédentes.

Ce rapport de la DTM donne un aperçu de la situation de retour dans les provinces du Logone Oriental et du Moyen-Chari dans le sud du Tchad, où des ressortissants tchadiens sont arrivés suite à la crise que connaît la République Centrafricaine (RCA). Cette crise, qui a débuté en 2013 et qui a engendré une importante crise politique, une guerre civile et une situation de conflit généralisé impliquant des dizaines de groupes armés, a généré des déplacements massifs vers le Tchad. Outre des Centrafricains, de nombreux ressortissants tchadiens ont été contraints de quitter la RCA et se réfugier au Tchad. Pour la plupart, ces derniers vivaient en RCA depuis plusieurs années, voire des générations, et n’avaient plus d’ancrage au Tchad. Ainsi, les retournés sont pour la plupart des personnes déplacées, leur dénomination de « retourné » n’étant due qu’à leur nationalité tchadienne, et les localités dites « de retour » ne sont souvent pas les lieux d’origine de ces personnes mais les localités dans lesquelles elles se sont refugiées après avoir fui la RCA. Les informations présentées dans ce rapport ont été collectées dans 88 localités de retour, auprès de 286 informateurs clés, du 9 octobre au 13 novembre 2019

  • La DTM a identifié une population retournée totale de 77 650 individus dans les provinces du Logone Oriental (33 817 individus retournés) et du Moyen-Chari (43 833 individus retournés)

  • 88 localités de retour ont été évaluées durant le round 2, dont 17 sites, 70 communautés hôtes et 1 centre collectif

  • La population retournée est composée à 47% d’hommes et à 53% de femmes

  • La taille moyenne des ménages retournés est de 7 personnes par ménage

  • 64% de la population retournée est composée de mineurs ayant entre 0 et 17 ans

  • Les personnes âgées de 60 ans et plus représentent 5% des retournés

  • 61% des personnes retournées identifiées vivent dans des sites, tandis que 39% vivent au sein des communautés hôtes et moins d’1% vivent dans un centre collectif

International Organization for Migration: Copyright © IOM. All rights reserved.