Skip to main content

Point sur la situation alimentaire au Sahel (PSA) Bulletin mensuel d’information sur le prix des céréales : Niger - Mali - Burkina Faso - Suivi de campagne n° 225 – janvier 2020

Countries
Mali
+ 2 more
Sources
Afrique Verte
Publication date
Origin
View original

Début janvier, la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est à la stabilité au Mali, à la hausse au Burkina et est variable au Niger.

Synthèse par pays :

  • Au Niger, la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est variable selon les produits. Elle est à la hausse pour le mil et le maïs, à la baisse pour le sorgho et à la stabilité pour le riz. Les variations à la hausse ont été enregistrées pour : a) le mil à Agadez et Niamey (+5%), à Zinder, Dosso et Niamey (+3%) ; b) le maïs à Niamey (+21%), à Zinder (+19%) et à Tillabéry (+3%) et, c) le riz à Zinder (+5%) et à Niamey (+3%). Les baisses ont été enregistrées pour le sorgho à Dosso (-5%), à Niamey (-3%) et à Maradi (-2%) et pour le maïs à Agadez (-4%). Ailleurs, les prix sont stables.

  • Au Mali, la baisse saisonnière des prix constatée les mois précédents semble connaître un ralentissement. Même si beaucoup de cas de stabilité s’observent sur les marchés, on note tout de même quelques hausses en cette période. Toutefois, le riz local enregistre quelques cas de baisse. Les hausses ont été observées pour : i) le mil à Sikasso (+7%) et à Bamako (+4%) ; ii) le sorgho à Bamako (+14%) et à Mopti (+4%) ; iii) le riz importé à Kayes (+10%). Les baisses ont été enregistrées pour : i) le mil à Mopti (-6%) et ii) le riz local à Ségou (-6%), à Mopti (-5%) et à Bamako (-3%).

  • Au Burkina, l’évolution des prix des céréales est caractérisée par une hausse pour les céréales sèches et une stabilité pour le riz. Aucune baisse n’a été enregistrée sur aucun marché. Les hausses ont été enregistrées pour : a) le mil à Dédougou, Nouna et Pouytenga (+7), à Fada (+6%) et à Dori (+3%), b) pour le sorgho à Fada (+9%), à Dori (+8%), à Dédougou (+5%) et à Ouagadougou (+4%), et c) le maïs à Fada (+18%), Dédougou et Nouna (+15%), à Pouytenga (8%) et à Ouagadougou et Dori (+4%).