Skip to main content

Rapport sur le suivi des flux de populations, Guinée - Dashboard #30 (1 - 31 décembre 2019)

Countries
Guinea
+ 11 more
Sources
IOM
Publication date
Origin
View original

L’**OIM** travaille avec les autorités nationales, locales et des partenaires locaux, afin de mieux comprendre et connaître les mouvements migratoires à travers l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le suivi des flux de populations (FMP) est une activité qui permet de quantifier et de qualifier les flux, les profils des migrants, les tendances et les routes migratoires sur un point d’entrée, de transit ou de sortie donné. En Guinée, cinq points de suivi ont été installés depuis avril 2017 dans les localités frontalières avec le Mali et le Sénégal dont trois sont actifs à ce jour. Il s’agit des localités de Kouremalé, Nafadji et Boundoufourdou où l’on observe les mouvements des voyageurs. Cette infographie est un résumé des données collectées sur l’ensemble des points de suivi au cours du mois de décembre 2019.

La moyenne journalière du nombre d'individus observés (1 485) sur l'ensemble des points de suivi actifs sur le territoire a augmenté de 10 pour cent par rapport au mois de novembre 2019.
Les principaux mouvements migratoires observés étaient la migration économique de long-terme (47% des individus observés), la migration de court-terme (40%), la migration saisonnière (10%) et le tourisme (3%). Les principales nationalités observées au cours de ce mois étaient les Guinéens (67%) et les Maliens (7%).

Deux principaux moyens de transport ont été identifiés au cours du mois: la voiture (69% des flux) et le bus (30% des flux) et autres mode transport (1% des flux). Parmi les voyageurs, la proportion des mineurs non accompagnés observés sur l’ensemble des points de suivi des flux par rapport au mois passé a augmenté de 2 pour cent.

Au cours du mois de décembre, Bamako, Manda, Conakry, Siguiri, Labé, Dakar, Kankan, et Pita ont été les principales villes de départ et Bamako, Manda, Conakry, Labé, Siguiri, Kankan, Dakar, Pita et Serecounda ont été les principales destinations ayant enregistré plus de 1 000 voyageurs.

MÉTHODOLOGIE Le suivi des flux de population (Flow Monitoring, FM) est un exercice qui vise à identifier les zones de forte mobilité interne et transfrontalière et à mieux comprendre les caractéristiques des flux migratoires. Les zones de forte mobilité sont identifiées à l’échelle du pays. Les équipes DTM conduisent ensuite un travail auprès des informateurs clés pour identifier des points de transit stratégiques. Les enquêteurs collectent les données auprès des informateurs clés présents aux points de suivi des flux (FMP): il peut s’agir du personnel des gares routières, de fonctionnaires de police ou de douane, des chauffeurs de bus ou des migrants eux-mêmes. Un questionnaire de base associé à des observations directes permet de collecter des données désagrégées par sexe et nationalité. Dans les trois zones, les points de suivi des flux ont été choisis après consultation avec les acteurs nationaux et locaux impliqués dans la gestion des migrations en Guinée, en fonction de sa localisation et des caractéristiques propres aux flux transitant dans ces espaces. La collecte de données se fait de manière quotidienne de 8h à 18h.

LIMITES Les données utilisées dans le cadre de cette analyse sont des estimations et ne représentent qu’une partie des flux observés. La couverture spatiale et temporelle de ces enquêtes est partielle et, bien que la collecte des données se fasse de manière quotidienne et sur des périodes ou les flux sont importants, la couverture spatiale et temporelle de ces enquêtes reste partielle. Aucune information n’est collectée sur les flux existant hors des plages horaires couvertes, et les données recueillies ne prennent pas en compte les flux de voyageurs transitant en dehors des zones couvertes.

International Organization for Migration: Copyright © IOM. All rights reserved.