Перейти к основному содержанию

Niger Aperçu des Besoins Humanitaires 2020 (janvier 2020)

Страны
Нигер
+ 3
Источники
OCHA
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Contexte de la crise

Profils politiques

Le Niger couvre une superficie de 1.267.000 km² dont les deux tiers sont désertiques ou semi désertiques. Il a une histoire assez mouvementée qui a alimenté les tensions politiques et sociales.

Depuis son indépendance en 1960, le pays a connu sept républiques et quatre coups d’Etat militaires, dont le dernier remonte en 2010 lorsque des officiers de l'armée ont renversé le président sortant Tandja Mahamadou. Le Niger a également connu des conflits internes liés aux rébellions, en particulier dans le Nord du pays.

Le Niger affronte de multiples urgences qui apparaissent de façon simultanée et qui mettent à rude épreuve ses capacités à y répondre.

La crise humanitaire persiste et s’aggrave en raison notamment de la crise sécuritaire, elle-même exacerbée par l’instabilité croissante dans les pays voisins, de l’émergence de crises multiples dans les régions de Diffa, Tillabéri, Tahoua et dernièrement de Maradi entraînant l’afflux, au Niger, de milliers de réfugiés, de rapatriés, de migrants et de déplacés internes dont le besoin d’accès aux services sociaux de base pour survivre est essentiel. La population, et principalement les enfants et les femmes, est confrontée à la malnutrition, à l’insécurité alimentaire, à des épidémies récurrentes, à des inondations cycliques, à la sécheresse et aux déplacements forcés.
Nonobstant les efforts de développement enregistrés dans plusieurs domaines (la santé, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, l’éducation, la protection, les politiques et législations, etc.), des réalisations conséquentes restent à entreprendre afin de créer un environnement favorable aux enfants et aux générations futures.

Démographie/socio culturelle

Le Niger a l’un des plus fort taux d’accroissement de la population au monde (3.9 %), avec une population estimée à 22,4 millions d’habitants1 contre 16,46 en 2010. L'espérance de vie à la naissance est estimée à environ 62 ans. Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est 84,5 pour 1 000 naissances vivantes. Le taux de mortalité maternelle était de 520 pour 100 000 naissances vivantes en 2015. (https://ourworldindata.org/child-mortality)

Selon les projections nationales, la population nigérienne augmenterait de 60 % entre 2010 et 20242 pour atteindre 29 millions d’habitants dès 2025, ensuite 36 millions en 2030, puis 41 millions en 2035 et 68 millions en 2050, si des mesures adaptées ne sont pas instituées.

Cette croissance est engendrée par une fécondité très élevée (7,6 enfants par femme en moyenne), elle-même tributaire du fort taux de mariage précoce (76,3 % des filles âgées de 20 à 24 ans se marient avant l’âge de 18 ans et 28 % avant 15 ans), du faible taux de planification familiale (12,2 % de prévalence contraceptive moderne).

A cela s’ajoutent la faible scolarisation des filles et notamment leur faible rétention à l’école, ainsi que les inégalités de genre et autres disparités.
Il en résulte une forte population extrêmement jeune (70 % de la population nigérienne a moins de 25 ans). En outre, les enfants de moins de 15 ans représentent 51,7 % de la population et les personnes âgées de plus de 65 ans représentent 3,1 %.

La densité moyenne de la population est ainsi passée de 8,9 à 17,7 habitants au kilomètre carré entre 2000 et 2018 (toutefois celle-ci reste très faible). Cette croissance rapide de la population et la forte pression démographique qui l’accompagne, entraînent une compétition pour des ressources limitées.
La jeunesse de la population, la persistance voire l'aggravation de la pauvreté, notamment en milieu rural induisent des déficits sociaux et économiques en matière de droit d'accès aux services d'éducation, de santé, d'information, de crédit, de droit et protection, de l'accès à la terre et aux autres facteurs de développement. Tous ces aspects ont des effets extrêmement néfastes sur les groupes les plus vulnérables, notamment les enfants et les femmes, en particulier ceux vivant en milieu rural.

Ces déficits sociaux persistent et s’aggravent du fait de la faiblesse de la croissance économique, et se traduisent par la précarité et la dégradation continue des conditions de vie des groupes défavorisés et vulnérables.
Les indicateurs de développement humain du Niger sont très faibles classant le Niger comme l’un des pays les plus pauvres au monde. La pauvreté demeure endémique, touchant de façon chronique plus d’un quart de la population (26,8 %). Elle est multidimensionnelle (89,8 %, avec un taux de sévérité de 73,5 %), profondément rurale (pauvreté monétaire estimée à 45,4 % dont 52,4 % en milieu rural) et féminine avec un taux de chômage quatre fois plus élevé chez les femmes (28 %) que chez les hommes (4,4 %).
En outre, le taux de sous-emploi est extrêmement élevé. Il est de 34,62 % en moyenne, dont 38,33 % pour les femmes et 32,93 % pour les hommes. Le sous-emploi concerne principalement les populations rurales (83,6 %) en raison du caractère saisonnier de l’activité agricole.

La situation sociale est caractérisée par un niveau de pauvreté relativement élevé et la faible couverture des besoins sociaux fondamentaux, reflets d’un système de protection sociale fragile, d’une offre insuffisante de services sociaux de base en quantité et en qualité, d’une offre maigre de services en matière de jeunesse, de sport, de culture, d’arts et de loisirs ainsi que de la persistance de pratiques socioculturelles inadéquates. La probabilité pour le nigérien pauvre de le rester à moyen terme (3-5 ans) est de 60 % et celle pour le non pauvre de basculer dans la pauvreté est estimée à 30 %. Les inégalités de revenus et de genre restent importantes.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.